pub

Politique

L’opposition togolaise dans la tourmente: l’ANC quitte la barque de la C14

C’est un véritable coup de tonnerre dans un ciel qui paraît serein. Le regroupement de l’opposition, qui affiche un optimisme après sa rencontre avec ...

22-03-2019 Politique

Lire la suite
  1. Société
  2. Sport
  3. Culture
  4. Economie
  5. Finance
next
prev

« Mal du siècle » comme beaucoup le surnomme, le VIH-SIDA est aujourd’hui une maladie qui cause énormément du tort à la jeunesse. Pour cette raison, les acteurs impliqués dans la lutte contre le fléau se sont investi afin de réduire la capacité de nuisance de la maladie. Beaucoup de projets ont été   mis en place, beaucoup d’accords ont été signés.

Le 10 novembre 2015, 21 communes du Togo ont signé  la déclaration de Paris sur  le VIH-SIDA. Après cette signature, des plans d’actions ont été élaborés pour quatre villes pilotes à savoir : Lomé, Atakpamé, Sokodé et Kara sur l’intervalle 2016-2017. Ces plans d’actions vont dans la droite  ligne du plan stratégique national de lutte contre le SIDA durant la période  2016-2020, de la stratégie ONUSIDA  pour la même période et enfin des objectifs 90-90-90.

Deux ans après la signature de la déclaration de Paris par les communes du Togo, l’heure est au bilan. Raison de la rencontre de ce 11 septembre à Lomé. Une occasion  d’inviter d’autres villes à fort impact du VIH notamment Aného, Tsévié, Kpalimé et Dapaong à prendre part à la réunion et à apprendre de l’expérience des premières villes sélectionnées comme  villes pilotes.

En Afrique Subsaharienne, le VIH-SIDA est urbain. Pour preuve, le taux de prévalence est  deux fois plus élevé dans les villes que dans les campagnes. Raison pour laquelle le choix a été porté sur les villes.

Rappelons que la Déclaration de Paris a été signée  le 1er décembre 2014. D’après les lignes de ladite déclaration, d’ici 2020, 90% des personnes vivant avec le VIHSIDA  doivent connaitre leur état sérologique vis-à-vis de la maladie et cela n’est possible que grâce au test de dépistage, 90% de ces personnes soient sous traitement antirétroviral et 90% sous traitement aient une charge virale supprimée,  d’où, les fameux objectifs 90-90-90.

Dans la droite ligne de ces objectifs, l’ONUSIDA a déjà initié au niveau mondial une stratégie de lutte contre le VIH-SIDA intitulée : « Mettre fin à l’épidémie du SIDA: les villes s’engagent pour atteindre les objectifs 909090 d’ici 2020.

Soulignons que la rencontre de ce jour a connu la participation du responsable pays de l’ONUSIDA, Dr Christian MOUALA et l’Ambassadeur du Gabon au Togo, Dr MINKO-MI-NSEME.

Désiré Agbémégno, stagiaire

A lire aussi

L’Egypte veut accélérer la mise en vigueur du projet de pro…

22-03-2019 Santé

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a tenu  ce 22 Mars une réunion avec le Premier ministre, Dr Moustafa Madbouli, la ministre de la Santé, Dr Hala Zayed, le ministre des...

Un hôpital de référence au Togo dans les mois à venir

15-02-2019 Santé

Vers la fin du calvaire pour les patients togolais? Après plus de 52 ans de gouvernance sans soins adéquats, ni d’hôpital digne de nom,  ou certains togolais parfois sont obligés...

Togo: plusieurs patients retrouvent le sourire grâce à Aimes…

25-01-2019 Santé

L’Association  internationale des médecins  pour la promotion de l’éducation  et la santé en Afrique (AIMES Afrique) continue ses actions de bienfaisance à travers le Togo. Dans le cadre du 14ème...

Plusieurs activités au menu de la journée mondiale de lutte…

29-11-2018 Santé

Le 1er décembre de chaque année est célébrée la journée mondiale de lutte contre le Sida. Compte tenu de l'événement, l'ONUSIDA, le Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS)...