pub

Politique

Les députés togolais donnent l’option pour la privatisation de la NSCT

Les députés ont voté à l’unanimité ce 29 juin 2020, la cession de 51 des 60% des parts que détenait l’Etat togolais dans le capital de la No...

29-06-2020 Politique

Lire la suite
  1. Société
  2. Sport
  3. Culture
  4. Economie
  5. Finance
next
prev

Un atelier  de  deux jours est ouvert ce lundi matin à Lomé  entre les associations et réseaux de populations clés le long du corridor Abidjan-Lagos. En effet, ces 11 et 12 septembre 2017, la capitale togolaise  servira de rencontre régionale pour contribuer à créer une plateforme qui rassemblera les responsables de ces organisations des  hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) et les acteurs de défense des droits humains. L'initiative vient de l'Organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL) et pilotée par l'ONG de défense des droits de l'homme,  Afrique Arc-En-Ciel (AAEC) basée à Lomé.

Il n'est plus un secret pour personne que les mouvements démographiques y compris les migrations sont des facteurs importants de hauts risques d’IST/VIH. Les migrations et la mobilité des populations sont souvent caractérisées par des incidences de rapports  sexuels avec de multiples partenaires, voire des rapports sexuels transactionnels. Ajouter à ceci, les HSH représentent aujourd'hui l'un des deux groupes (hétérosexuel et homosexuel) les plus exposés face au VIH.

Cette rencontre de Lomé rassemble donc les représentants de réseaux, d'organisations et d'associations panafricains des HSH et de défense des droits de l'homme des 5 pays qui constituent le corridor. Ils vont présenter les résultats des interventions menées dans le cadre du renforcement du système communautaire et la suppression des obstacles juridiques à  l'accès aux services de santé pour les HSH le long du corridor Abidjan Lagos. Ensuite, prioriser les problèmes rencontrés et établir un plan de résolution des problèmes prioritaires identifiés. Au final, une plateforme sera mise en place pour renforcer les liens entre ces organisations.

L'idée est de travailler en synergie pour diminuer la prévalence du VIH,  mieux faire face à l'épidémie du SIDA sur le corridor, lutter contre la consommation des drogues et de protéger les professionnels de sexe pour diminuer l'incidence des IST/VIH chez les HSH.

La Problématique n’a pas laissé indifférente la Structure onusienne en charge de la pandémie au Togo. C’est ainsi que Dr Christian MOUALA (en cravate rouge), Directeur de l’ONUSIDA au Togo a marqué  par sa présence la cérémonie d’ouverture de cet important atelier.  

Helmut PINTO

 

A lire aussi

Le gouvernement togolais officialise les dates des examens

04-07-2020 Education

Trois semaines après la reprise des classes, les élèves et enseignants sont finalement situés sur les dates de déroulement des différents  examens devant sanctionner l’année scolaire 2019-2020. L’annonce a été faite...

La COVID-19 et sa terminologie

26-06-2020 Santé

Le 11 février 2020, l'OMS nomme officiellement la maladie dans plusieurs langues, dont la langue française où le terme retenu est : « maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) ». La désignation COVID-19, donnée de façon...

La dangerosité de Covid-19 comparée à celle d'autres viru…

22-06-2020 Santé

Le taux de reproduction de base est le nombre moyen d'individus qu'une personne infectieuse peut infecter, tant qu'elle est contagieuse. Le temps de génération est le délai qui sépare l'apparition des signes cliniques...

Togo: 555 cas confirmés au COVID-19

20-06-2020 Santé

Le nombre de cas confirmés au covid est de 555 personnes, à en croire les chiffres publiés ce vendredi 19 juin 2020 par le ministère de la santé. Le Togo...