« La base du développement du football africain  reste les clubs », disait  Khaled Lenkecher, l’instructeur CAF lors de la formation. En effet, de nos jours,  le football du continent noir peine à assoir sa notoriété et à faire l’objet d’attraction dans le monde. Pourtant, il reste de loin le continent qui regorge d’énormes potentialités  dans le domaine du sport roi. C’est  dans ce souci qu’est initié le projet de développement du football africain à travers les clubs : « Système de Licence des Clubs ». Initié par la CAF à Lomé, cet atelier permet de travailler au niveau national, régional et mondial sur les finances saines et les ressources durables pour les clubs. Quatorze  fédérations de l’Afrique francophone ont pris part à raison de deux participants par fédération.

Le Système de Licence des Clubs permet à chaque fédération de professionnaliser son football. Et cela passe par cinq critères à savoir : le critère sportif ; le critère infrastructurel ; le critèrefinancier ; le critère juridique légal et le critère administratif du personnel. Selon les explications de l’instructeur CAF, il est primordial pour chaque club de disposer d’un expert qui puisse avoir des idées sur chacun des critères précités; avoir également une vue sur l’état financier du club. Aussi, a-t-il déclaré qu’un accent soit mis  sur la qualité des infrastructures. Et justement  parlant d’infrastructures, elles doivent comporter : un stade, un terrain d’entrainement, une salle de gym et des bureaux administratifs. L’instructeur a poursuivi  ses explications en insistant sur la qualité des entraineurs, la mise sur pied d’une équipe de jeunes et d’un programme de formation bien définit. La formation des responsables des clubs et la communication régulière des activités de chaque club reste ne sont pas oubliés.

Aujourd’hui sur notre continent, près de 828 clubs évoluent dans les championnats de haut niveau dans leur pays. Et tous sont priés de rejoindre le nouveau système licence des clubs avant la date limite du 15 octobre prochain. Etant membres de la CAF, les clubs togolais sont  donc priés d’être en conformité avec le nouveau système de la Confédération.

« Nous n’avions pas de clubs  professionnels au Togo d’où, il nous serait un peu difficile de  leur imposer ce nouveau système. Nous travaillons de sorte qu’on puisse les amener à respecter les critères petit à petit » ; a déclaré Hérvé Agbodan,  Manager de licence FIFA au Togo.

En rappel, la non-participation à la coupe continentale des guerriers de Tchaoudjo,  Semassi de Sokodé l’année dernière est due quelque part au non-respect des critères CAF à un moment donné.

Désiré Agbémégno, stagiaire