Le championnat  national de football de première division était ce weekend à sa 16ème journée. Une journée particulièrement marquée par le regain de la violence sur les stades notamment à Kabou et à Dapaong.

Les lions du mont  Barba Bassar  accueillait Gomido de Kpalimé ce dimanche 10 février  2019  à Kabou dans le cadre de la 16ème journée du championnat national de football de 1ère division. Déplacé à Kabou pour cause de la réfection du stade Maman N’danida de Bassar, ce match s’est achevé sur une note de violence.

Gbikinti de Bassar, leader avant cette 16ème journée, était prêt à tout pour conserver son avance dans ce championnat. A zéro but partout, alors que le match tirait vers sa fin, les Lions du mont Barba Bassar inscrivaient un but refusé pour hors-jeu. Cette décision n’était pas goût des supporters de Gbintinki qui se sont pris au corps arbitral, en molestant  les arbitres.  S’en est suivie, une chasse à l’homme dans les rangs des supporters de Gomido. Le président de l’équipe visiteuse Winny  Dogbatsè n’a eu la vie sauve que grâce aux forces de sécurité. 

Selon un supporter de Gbikinti  joint par notre rédaction, « l’arbitre nous avait déjà refusé deux buts. Un, en début de  première  mi-temps, où la balle a heurté la barre  avant de rentrer dans les filets  puis ressortir, mais comme il n’y a pas la VAR, l’arbitre a refusé le but. En fin de première partie, un second but a été refusé par l’arbitre, soit disant qu’il y avait faute sur le gardien, alors que ce dernier était fauché par son propre défenseur. En fin de match, notre équipe marque un troisième but clair accepté par l’arbitre et refusé par le juge de touche. Comment on peut nous refuser 3 buts en seul match ? Il y avait de la tricherie dans ce match.», s’indignait ce supporter.

À la dernière nouvelle, les arbitres blessés seraient transportés  à l’hôpital de Bassar.

A Dapaong,  les arbitres accusés de siffler en faveur du Dynamique Togolais ont essuyé des projectiles provenant des supporters de Foadan. Une assistante touchée à la tête a été évacuée à l’hôpital.

La commission de discipline de la fédération togolaise de football doit sévir pour décourager les fauteurs de trouble dans les stades.

Eyram  Akakpo