La culture est la vitrine à travers laquelle un peuple est identifié. Elle reste le socle du développement de tous peuples. Ainsi la culture des nations les plus puissantes restent d’abord attachées à des cultures ancestrales très solides.

Ce 17 septembre 2018,  les entrepreneurs culturels, les artistes et autres acteurs à la base de la chose culturelle sont sensibilisés à Lomé sur la mise en œuvre de la convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Il est question d’outiller ces acteurs sur ce qu’est le patrimoine culturel afin que ces derniers aient une idée sur les possibilités de sa protection et posséder ensuite à sa valorisation. « Posséder à la valorisation du patrimoine culturel,  c’est permettre aux acteurs de pouvoir développer ce patrimoine pour que dans les milieux où ce développement est fait, cela puisse permettre un développement endogène, économique et sociale »,  a déclaré Guy Madjé Lorenzo,  Ministre de la Communication, des Sports et de la Formation civique (en photo).

En juin 2018, le Togo faisant déjà office de bon élève,   est élu  au comité intergouvernemental lors de la 7ème assemblée générale de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le pays s’engage donc à répondre à ce jour aux attentes et aux nouveaux défis qui se dressent devant lui en matière culturelle. Dans la même année, l’organisation internationale, l’UNESCO, puisqu’il s’agit d’elle,  a assisté le Togo dans son projet d’inventaire, de sauvegarde et de valorisation du savoir-faire lié à la pratique des instruments de musique traditionnels. Cette assistance est le fruit de l’exécution d’un projet similaire entre mars 2016 et janvier 2017.

Le Togo s’inscrit aujourd’hui dans la ligne droite des réformes. Il  serait alors stratégique d’impliquer la culture dans le Plan National de Développement afin qu’elle joue un rôle d’éveil et de conscience à partir des savoir-faire puisés des éléments et domaines du patrimoine culturel. « …le fait de développer et protéger le patrimoine culturel immatériel  permettra aux membres de différents communautés de pouvoir se connaitre et de pouvoir s’accepter pour le vivre ensemble », a poursuivi  le Ministre Lorenzo.

 

Désiré Agbémégno