C’est avec consternation que la fondation PAX AFRICANA présidée par l’Ancien Premier Ministre togolais Edem Kodjo dit avoir  appris la nouvelle concernant  la 3ème attaque meurtrière perpétrée contre la ville de  Ouagadougou  en l'espace de 2 ans par des individus utilisant des méthodes terroristes que nul ne peut approuver.

Le Communiqué dont copie a été envoyée  à  notre  rédaction ce 04 mars 2018 précise que « ces attentats lâches, barbares et vils constituent une sérieuse menace à la préservation de la paix régionale, au regard des cibles visées par ces individus sans foi ni loi ».

PAX AFRICANA s'associe à la vive douleur des familles éplorées, du Gouvernement et du Peuple burkinabé dans ce drame affreux et souhaite un prompt rétablissement à tous les blessés. «Le pays des hommes intègres» jouit d'une formidable capacité de résilience à laquelle vont une nouvelle fois s'adosser les Burkinabé pour se relever de cette mauvaise expérience.

Le vaillant peuple du Burkina Faso s'est engagé depuis fin 2014 dans un courageux et nécessaire processus de renouveau démocratique qu'aucune menace terroriste d'ici ou d'ailleurs ne saurait remettre en cause.

PAX AFRICANA exhorte les communautés africaine et internationale à accélérer l'opérationnalisation des forces du «G5 Sahel» pour se donner les moyens de combattre durablement le terrorisme au Sud du Sahara. Renforcé en Afrique occidentale par la déstabilisation extérieure de la Libye et l'assassinat de Mouammar Khadafi en 2011, le péril terroriste devra être combattu dans les mois à venir par une union sacrée de tous les Africains. Mener efficacement ce combat contre le terrorisme, c'est s'offrir les garanties de la création d'un environnement propice au progrès et au développement économiques des populations africaines.   

Le «Faso» doit savoir que nous sommes tous mobilisés derrière lui, hic et nunc. Dieu préserve le Burkina, conclut  la déclaration.