Le président Faure Gnassingbé s’est entretenu dimanche à New Delhi, en marge du sommet de l’Alliance solaire internationale (ASI) avec le Premier ministre indien Narendra Modi (photo). C’est ce que nous apprenons auprès de nos confrères du site gouvernemental.

La CEDEAO  ambitionne de porter progressivement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à 35% en 2020 et 48% d’ici 2030, a indiqué le chef de l’Etat togolais qui dirige l’organisation ouest-africaine.

Les deux hommes ont également évoqué la coopération bilatérale 

Une coopération qui existe déjà depuis de longues années.

L’Exim Bank of India a accordé près de 100 millions de dollars de financement au Togo dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture.

Si New Delhi n’est pas encore perçue, sauf exceptions, comme un acteur majeur sur le continent africain, ses échanges avec lui se développent pourtant de façon quasi exponentielle.

L’Inde ambitionne de parvenir cette année à 100 milliards d’investissements sur le continent en 2018.

Ce pays continent dispose d’une solide expertise dans le secteur de l’agriculture, de la santé ou de l’énergie. Il est également très avancé dans les nouvelles technologies et est devenu le champion de l’e-banking.

Faure Gnassingbé a profité de son séjour dans la capitale indienne pour visiter une exposition consacrée aux énergies renouvelables.

Il a enfin rencontré son homologue de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang Nguema.