Les représentants  de douze  pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre  sont  à Lomé pour des réunions préparatoires de la conférence d’examen du Programme d’Action des Nations Unies sur les armes légères et de petit calibre. Une rencontre qui marquera un pas important dans la maîtrise du flux des armes légères et des munitions. Du 10 au 11 Avril 2018,  une centaine de participants passeront  en revue les défis et d’obstacles liés à la lutte contre le commerce illicite des armes légères en Afrique.

Ce mardi, à l’ouverture des travaux,  le Représentant du Ministre togolais de la Sécurité et de la Protection Civile,  Lieutenant-Colonel Mensah AKOBI  a rappelé  les risques liés au commerce illicite des armes.

En Afrique comme partout dans le monde, la lutte contre le commerce illicite des armes est rendue difficile par la facilité de leur dissimulation, par la porosité des frontières et l'insuffisance des moyens technologiques et financiers des Etats.  Autant de défis et d’obstacles qui seront passés en revue à Lomé en vue de bien aborder la conférence de New York en juin prochain selon le Représentant UNODA à cette rencontre, DrIvor Richard FUNG.

La rencontre de Lomé est aussi une occasion pour ces représentants gouvernementaux, experts internationaux de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et de l’ONU, de renforcer l'échange d'informations policières, permettant de réduire les activités criminelles menées par les bandes armées et les coupeurs de route, acteurs majeurs de la circulation illicite des armes et des munitions.

Beaucoup de diplomates africains dont ceux du Gabon  et d'Egypte (sur cette image) ont pris part à la cérémonie d'ouverture de cet atelier de deux jours.

Helmut PINTO