Pour  cette énième édition de la rencontre du Club diplomatique de Lomé, c’est à l’ambassadeur du Brésil  en poste à Lomé que l’honneur échoit d’entretenir ses pairs sur les relations diplomatiques, économiques et culturelles entre son pays et le Togo.   Antonio Carlos de Salles Menezes, puisqu’il s’agit de lui,  a entretenu ce  vendredi 20 Avril 2018 son auditoire sur un thème évocateur : «Le Brésil et le Togo, une proximité géographique et culturelle indéniable».  

C’est un conférencier chevronné et très expérimenté que le Club diplomatique de Lomé a accueilli ce vendredi 20 Avril 2018. Une expérience reconnue et saluée par les plus hautes autorités brésiliennes qui ont distingué leur Ambassadeur en ce jour alors qu’il est à Lomé dans le cadre de sa mission diplomatique.

Revenant sur sa communication, Antonio Carlos de Salles Menezes a touché du doigt les relations entre Brasilia et Lomé et du potentiel de développement, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie et de la formation. Aussi le Brésil appuie-t-il le Togo à  relancer les filières coton et manioc.

Le programme baptisé ‘Cotton-4 +Togo’ forme les petits producteurs aux nouvelles techniques et contribue à la création d’une banque de stockage collectif.

.Le diplomate a souligné que de l’autre côté de l’océan existait un pays immense, de 8,5 millions de kilomètres carrés, qui a beaucoup à offrir au Togo, et à l’Afrique en général. 

Le potentiel est bien là, reste à l’exploiter. Il a au passage regretté l’arrêt de la liaison aérienne directe assurée par Ethiopian Airlines entre le Togo et le Brésil.

Le diplomate a  évoqué la situation politique compliquée dans son pays qui ne saurait constituer un frein au développement des échanges avec l’Afrique.

On reconnaît le diplomate brésilien (en position assise) à droite du Ministre Dussey (micro à la main)

‘Tout le monde sait que mon pays vit une tempête politique et économique depuis 2016. Mais heureusement les statistiques récentes montrent que la reprise de la croissance a déjà commencé. Et il faut toujours souligner que, quels que soient les problèmes observés, le Brésil demeure l'une des plus grandes économies du monde, la septième, et pays membre du G-20 et du groupe BRICS (avec la Russie, la Chine, l'Inde et l'Afrique du Sud). Ses relations avec les pays d'Afrique de l'Ouest, et avec le Togo en particulier, ont été considérés comme prioritaires depuis des décennies’, a-t-il déclaré.

L’ambassadeur brésilien a enfin rappelé qu’en dépit de sa petite taille, le Togo  avait connu un essor économique soutenu ces dernières années.

Les échanges commerciaux entre le Togo et le Brésil ont également  connu une évolution ces dernières années passant de 96, 9 millions de dollars en 2016  à 97 millions de dollars en 2017, a déclaré le diplomate brésilien.

De surcroît, « les infrastructures dont s’est doté le Togo sont de nature à inciter les hommes d’affaires brésiliens à s’intéresser à ce marché », a laissé entendre le conférencier

La proximité géographique et culturelle entre le Togo  et le Brésil se justifie par la ressemblance de leurs côtes maritimes et de certaines pratiques dont le vodou et des danses folkloriques.

La randonnée diplomatique de ce 20 Avril 2018 a  eu un cachet spécial avec la présence de plusieurs personnalités de marque parmi lesquelles le ministre gabonais des Affaires étrangères, Noël Nelson Messone, François Fall, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour Afrique centrale, son homologue pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas et le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi.(photo ci-dessous)

Créé en 2014 à l’initiative du Professeur Robert Dussey, ministre togolais des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, le Club diplomatique de Lomé est un cercle de réflexion apolitique qui reçoit à intervalles réguliers des personnalités togolaises et étrangères issus du monde diplomatique, politique et d’organisations internationales.

Signalons que l’Ambassadeur Antonio Carlos de Salles Menezes est en poste à Lomé depuis 2015.

On reconnaît le Doyen du corps diplomatique, l'Ambassadeur du Gabon (micro à la main) et l'Ambassadeur d'Egypte (en costume café) affectueusement surnommé Ambassadeur TGV, les deux diplomates encadrant le Ministre OHIN, prédécesseur du Ministre DUSSEY

Le Ministre gabonais des Affaires Etrangères, Noel  Messone (à gauche) et l'Ambassadeur égyptien Karim SHERIF