L’ancien secrétaire général de l’ONU et prix Nobel de la paix, le Ghanéen Kofi Annan, est décédé, ce samedi 18 août, à l’âge de 80 ans, après « une courte maladie », a annoncé à Genève la Fondation Kofi Annan dans un communiqué. Ce diplomate onusien a servi de 1997 à 2006. 

Le Ghana d'où il est originaire, a décrété un deuil national d'une semaine à compter de lundi 20 Août. 

Les réactions, en Afrique et dans le reste du monde, lui rendant hommage, ne se font pas attendre. L'actuel secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a salué « une force qui guidait vers le bien ».

« De bien des manières, Kofi Annan incarnait les Nations unies. Il est sorti des rangs pour diriger l’organisation vers le nouveau millénaire avec dignité et une détermination sans égales », a souligné le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

« Kofi Annan était un internationaliste qui ne voyait aucune contradiction entre ses origines africaines et son personnage comme citoyen du monde, explique sur RFI Bijane Farnudi, porte-parole de Kofi Annan et de la fondation qui porte son nom. Il voyait le monde comme un endroit où la paix, le développement et les droits humains étaient fondamentaux pour qu’une société puisse exister de manière paisible et en harmonie. C’est quelqu’un qui a ouvert l’organisation aux citoyens. Il interprétait la charte des Nations unies comme "Nous, le peuple" et pas comme "Nous, les Etats", et a donc engagé la société civile mais aussi le secteur privé en discussion. Il les a intégrés au cœur de cette organisation et c’est d’ailleurs, entre autres, pour cela qu’il a reçu le prix Nobel de la paix en 2001. »

« C’était notre voix »

Joint par RFI, le Camerounais Sammy Kum Buo et ancien directeur Afrique de l'ONU, désormais retraité, est très ému. Lui et Kofi Annan ont fait carrière, côte à côte, durant près de 40 ans.

« C'est quelqu'un que je connaissais bien. Quand j'ai rejoint l'ONU, j'avais 22 ans, et mon premier contact au travail c'était lui, raconte-t-il sur RFI. Je l'ai connu tout au long des 38 années de ma carrière. C'était plus que mon patron, c'était mon grand frère, nous étions tous deux africains. C'est une grande perte parce que même depuis sa retraite de l'ONU, il était actif, il défendait les grandes valeurs et, par-dessus tout, c'était notre voix sur ce continent et maintenant elle est réduite au silence. Je ne sais pas qui a cette influence… Mandela est parti, il est parti, Boutros-Ghali aussi. C'étaient les leaders qui nous ont donné une place de haut niveau à l'échelle internationale. »

Quand je l'ai connu c'était juste un employé de la direction des ressources humaines. Quand je suis entré, au plus petit niveau, j'étais jeune, il était à la DRH donc on avait à faire à lui. Donc c'est important pour nous aussi, gens de carrière de l'ONU, nous étions très fiers de lui, pour le chemin qu'il a parcouru. Je veux dire : vous pouvez rêver de devenir secrétaire général de l'ONU depuis l'intérieur et pas uniquement comme politicien.