Le 15 Septembre dernier, soit  dix jours après, le peuple guin-mina s'est retrouvé autour de Sa Majesté Nana Anè OHINIKO QUAM-DESSOU XV à Aného, la ville tricentenaire et  historique du Togo pour cette fois-ci pour  célébrer  la fête Bakatue-Anèzan 2018. C'était une célébration très riche en couleurs à laquelle des membres du gouvernement, députés à l'Assemblée nationale, diplomates, gardiens des us et coutumes,  hommes d'affaires, etc ont pris part. 

La République arabe d’Egypte à travers son Ambassade à Lomé, a témoigné sa proximité aux élèves en leur offrant des kits scolaires  comme c’était  le cas le 08 Septembre à Notsè à la fête d’AGBOGBOZAN. L’Ambassadeur Karim SHERIF empêché, s’est fait représenter  pour la circonstance par le Consul (en photo).

Au cours de cette festivité, deux grands discours ont retenu l'attention des invités: ceux de Sa Majesté et du Ministre Guy Madjé Lorenzo en charge de la Culture, représentant le Chef de l'Etat Faure Gnassingbé à cette cérémonie.

Dans son allocution, Sa Majesté est revenu sur l'étymologie de Bakatué qui signifie, selon ses termes, l'ouverture de la lagune contextualisée comme l'ouverture de la mer puisqu'à Aného, la mer est ouverte  en permanence à " Apunukpa". 

Bakatué- Anèzan signifie également 'ouverture d'esprit" et marque le début du nouvel an culturel  en pays guin-mina. " Bakatué- Anèzan est l'ouverture vers l'avenir harmonieux pour nous tous, ouverture des esprits et des cœurs, pour que Aného vive en paix, et c'est en cela que nous recherchons et privilégions le meilleur vivre ensemble, et pour ce faire, du haut de cette tribune, nous crions très fort Anèhovi, viens, bâtissons la cité! car l'homme de par sa nature est un être  de relation et est appelé à évoluer en société, dont la cellule de base primordiale est la famille", a déclaré Sa Majesté. 

Aussi, est-il revenu sur la longue historique de la ville d'Aného, ses cultures et  divinités pour rafraîchir la mémoire des illustres invités. " La culture transformant la nature de l'homme, favorise son intégration sociale et le rend accessible aux principes de bonne entente, qu'il entretient avec d'autres personnes, peuples ou ethnies, dans leurs environnements de vie, par un concept pacifique régissant cette relation."

Il a par  ailleurs, rappelé aux populations d'Aného que leurs quartiers " sont des lieux de bases où doivent commencer les actions sociales et économiques annonciatrices de développement" et a poursuivi en leur disant de " redynamiser leurs quartiers en créant des équipes d'animation qui transcenderaient les conflits interstitiels et briseraient des clans rigides qui constituent de blocages à toutes bonnes oeuvres".   

Le ministre Lorenzo, pour sa part, a situé cette fête dans son contexte. " Le choix de célébrer  Bakatué-Anèzan tire sa légitimité de la nécessité de promouvoir la diversité des expressions culturelles, source de créativité et donc de production telle que le prône l'UNESCO à travers sa convention de 2005 et participe d'une volonté d'un développement endogène", a t-il déclaré avant  de saluer la mobilisation dont les populations ont  fait preuve. 

Outre les prestations folkloriques, les participants ont été émerveillés par la danse des pirogues sur les côtes de cette ville d'Aného.