L'Ambassadeur de la république arabe d'Egypte au Togo, Son Excellence Mohamed Karim SHERIF est arrivé en fin de mission au Togo. A 72 h de son départ, il a accordé une interview exclusive à  la rédaction de l'Agence " Corps Diplomatic Togo". Dans cet entretien, il a passé en revue les points forts de la diplomatie bilatérale entre son pays et le Togo de même que les domaines de coopération entre les deux pays. Il se réjouit d'un bilan satisfaisant de ses trois ans et demi de mission diplomatique au Togo. 

Bonjour Excellence et merci d’avoir accepté notre sollicitude. Vous êtes arrivés au terme de votre mission diplomatique de près de quatre  ans au Togo. Est-ce un regret pour vous  de quitter le Togo ?

Bonjour cher ami. Oui je quitte le Togo mais la maison de l’Egypte  est toujours ouverte pour nos frères et sœurs  togolais. Pour le regret, bien sûr,  il y a beaucoup de regret parce qu’on va quitter les amis, les frères et sœurs. J’étais pendant 3 ans et demi au Togo mais comme vous le savez j’étais aussi très proche de la population et j’ai  fait beaucoup de projets avec les différentes couches de la population. Oui je regrette bien sûr de les laisser mais c’est la vie diplomatique.

Durant votre mission, nous  avons constaté  un regain de dynamisme  dans les relations bilatérales  de coopération entre votre pays, la République arabe d’Egypte et le Togo, à telle enseigne que certains observateurs vous  ont surnommé « Ambassadeur TVG ». Pourquoi   ce regain ?

 

Oui il faut dire qu’il y a des gens qui m’ont surnommé Ambassadeur  TGV, il y a d’autres qui préfèrent  me nommer Ambassadeur de la population, mais il faut dire que je suis arrivé comme vous le savez en mars 2015 avec un bilan ambitieux, un dossier et bien sûr  un mandat qui  m’a été donné par le président Al-SISSI  après une période très difficile en Egypte. Le président AL-SISSI connaît très bien l’importance de l’Afrique qui est même une épine dorsale de l’Egypte. Il insiste toujours de souligner le bon côté africain de l’Egypte.  Sur ça,  tous les ambassadeurs qui sont sortis après son arrivée au pouvoir, il leur a donné le mandat de sortir et d’expliquer la réalité de la situation en Egypte. Je pense que nous avons travaillé pour la présence  prochaine de l’Egypte à la tête de l’Union Africaine. Il faut dire qu’avec son mandat, le Président Al-Sissi va commencer avec beaucoup de projets ambitieux, d’espoir et de crédibilité pour  effectuer la volonté égyptienne de retourner en Afrique en général  et au Togo également.

Excellence, nous allons aborder à présent votre bilan. L’Egypte entretient  des relations  de coopération avec le Togo dans les domaines  de l’agriculture, de la santé,  des infrastructures, de l’éducation, des transports, culture etc. Pourriez-vous  épluchez  une à une  vos actions  dans les différents domaines  dans lesquels  vous intervenez au Togo ?

 

Depuis mon arrivée en 2015, j’ai essayé de faire monter le niveau de  coopération  entre l’Egypte et le Togo dans le domaine où l’Egypte est développée. Sur ça, trois  mois après mon arrivée,  on a commencé  avec la visite  de son Excellence, le  chef de l’Etat Faure Gnassingbé   en 2015 en Egypte pour l’inauguration  d’une partie  du canal de SUEZ et la signature d’un mémorandum d’accord dans le domaine de la santé pour la coopération sanitaire et médicale avec la construction d’un hôpital de référence ici au Togo, l’hôpital égypto-togolaise comme ce qui  est fait au Gabon.  Après ça,  il y avait la signature d’un mémorandum  dans le domaine de l’agriculture  pour l’établissement d’une ferme agricole égypto-togolaise, c’était à Abatchang à Sokodé, et après ça, il y avait une deuxième  visite de Son Excellence le chef de l’Etat togolais.  Durant cette visite,   on a signé 4 ou 5 agréments dans le domaine de l’agriculture, des médias, médical  et aussi dans le domaine du transport aérien. Il y avait aussi des visites bilatérales et pour ça,  il y a eu l’arrivée à Lomé de notre ancien premier ministre, conseiller  auprès du président Al- Sissi et il y avait aussi la visite de l’inauguration de la nouvelle aérogare.  Il y avait aussi la visite culturelle pour célébrer la fête de l’indépendance du Togo.

Dans le domaine judiciaire,  on peut citer  la visite du président de la Cour Constitutionnelle du Togo en Egypte. Sur ce plan également, il  y a beaucoup d’agréments qui sont scellés entre  les deux pays.

Je peux  me féliciter d’avoir  hissé la coopération entre mon pays et le Togo à un niveau excellent.

 

Excellence, qu’est-ce qui vous  a   le plus  marqué  durant votre séjour au Togo ?

La qualité de l’accueil, l’ouverture de tous les responsables à partir du Chef de l’Etat jusqu’au petit membre de la population. Comme vous le savez,  j’ai visité beaucoup d’endroits. J’étais avec les autorités pendant les visites. Je trouve qu’il y a beaucoup de vestiges, beaucoup de paix, beaucoup de tolérance, bref  beaucoup de choses m’ont marqué.

Qu’est ce que vous regretteriez de n’avoir pas fait  avant la fin  de votre  mission au Togo ?

Actuellement, il y a certains projets que j’ai aimés finir avant de partir notamment l’inauguration de la route Kpalime-Atakpamé qui est fait par la plus grande société étatique égyptienne Arab Contractors. C’est déjà fini mais à cause de l’agenda,  on ne peut pas l’inaugurer avant mon départ. Il y avait aussi un autre projet, celui de la ferme d’ABATCHANG à Sokodé pour montrer le développement de l’agriculture. Il y avait eu la pose de la première pierre de cette ferme en novembre 2017. Et beaucoup d’autres visites  étaient prévues pour 2018  mais seront repoussées jusqu’en 2019  à cause de mon agenda en Egypte et aussi à cause de la situation au Togo.

Comment trouvez-vous la diplomatie togolaise ?

 

La diplomatie togolaise est sérieuse et très efficace. Le Chef de l’Etat et le ministre des affaires étrangères sont engagés dans beaucoup de  partenariats avec plusieurs pays et il y avait de nombreuses conférences à Lomé dans plusieurs domaines, le transport aérien mais aussi l’Union Africaine et en même temps,  il y avait beaucoup d’engagement avec plusieurs pays du monde. Je pense que c’est quelque de chose de bien ;  ces conférences sont des occasions  pour  essayer d’attirer les investisseurs et de présenter le pays au  monde.

Comment ont été les relations avec vos collègues, Ambassadeurs  et diplomates  accrédités  au Togo ?

C’était une très bonne relation, il y a toujours le respect mutuel mais aussi une relation de travail parce qu’il y a toujours des choses à  partager entre collègues,  des visions  sur les pays. Je vais regretter de quitter mes collègues.

 

Quels mots avez-vous  à l’endroit  des autorités togolaises, le Chef de l’Etat, le Premier Ministre, le Président de l’Assemblée  nationale,  le Président  de la Cour Constitutionnelle, le Chef  de la diplomatie  togolaise et au  peuple togolais tout entier ?  

 

Je voudrais toujours dire merci, encore merci. J’ai travaillé très bien avec toutes les autorités. J’étais honoré plusieurs fois par le Premier ministre, j’étais honoré par les premiers responsables du pays. J’étais avec beaucoup d’hommes politiques. Je voudrais dire à son  Excellence,  Monsieur le Chef de l’Etat,  merci son soutien, pour son caractère intelligent, pour son intérêt de s’engager avec l’ambassade de l’Egypte et l’Egypte en général pour le bien-être de l’Afrique, pour le bien-être de la coopération sud-sud. J’ai apprécié son insistance à travailler avec notre président pour développer notre continent dans tous les domaines.

 

Votre mission ne pourrait  pas réussir  sans la participation  de vos collaborateurs à l’Ambassade. Quel  message avez-vous à leur endroit ?

Merci et encore merci, on ne peut rien faire sans les collaborateurs. J’ai travaillé avec deux staffs.  Il y a des gens qui vont retourner en Egypte avec moi, d’autres qui vont commencer à arriver. Il faut dire que j’ai réussi grâce aussi à ma famille sans laquelle je ne  peux  achever ma mission.

Votre mot de la fin ?

Je voudrais réitérer mon amour pour le Togo et vous dire que je me suis toujours senti chez moi. J’ai essayé durant mon mandat d’être responsable, responsable pour avoir bien  représenté mon pays. J’ai essayé aussi  d’avoir un bon lien entre Le Caire et Lomé. Le Togo va me manquer mais je serai en communion d’esprit avec les Togolais.

Excellence, merci.

Merci beaucoup et bonne chance à votre rédaction.

Interview réalisée par l'Agence Corps Diplomatic Togo