Le ministre italien du Travail et de l'Industrie, Luigi Di Maio,(en photo)  lors d'une conférence de presse au palais Chigi, à Rome, le 17 janvier 2019.

 La réflexion du vice-président du Conseil Luigi Di Maio sont restés en travers de la gorge des autorités françaises. 

 L'ambassadrice d'Italie à Paris, Teresa Castaldo, a été convoquée lundi 21 janvier au Quai d'Orsay, après les propos tenus par le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio, qui a accusé la France d'"appauvrir" l'Afrique. 

 Le chef du Mouvement 5 étoiles s'en est pris à plusieurs reprises à la France, estimant que les autorités françaises "appauvrissaient" l'Afrique et devraient pour cela être sanctionnées par l'Union européenne.

 "Si aujourd'hui nous avons des gens qui quittent l'Afrique, c'est parce que certains pays européens, la France en particulier, n'ont jamais cessé de coloniser l'Afrique", a tonné le leader populiste. "Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies, et avec cette monnaie elle finance la dette publique française".

 Des propos qui ont été très mal pris au Quai d'Orsay. La diplomate italienne a été convoquée par le directeur de cabinet de la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, pour ces "propos inacceptables".

 Source: franceinfotv