Le monde entier va célébrer la journée mondiale de la vie sauvage le 03 mars prochain.  Cette célébration s’inscrit dans le cadre de l’atteinte  du quatorzième objectif de développement durable, lequel consiste à  assurer la gestion et la protection durables des écosystèmes marins et côtiers. 

« Les espèces marines assurent des services écosystémiques indispensables. Le plancton libère de l’oxygène dans l’atmosphère et 3 milliards de personnes sont, pour leurs moyens de subsistance, tributaires de la biodiversité marine et côtière. La valeur générée  chaque année par les ressources marines et côtières et les activités qui en dépendent est estimée à au moins 3 mille milliards de dollars, soit environ 5 % du PIB mondial »,  c’est  ce qu’a mentionné le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans son message dont l’Agence Corps Diplomatic Togo a eu copie.

»,« Le quatorzième objectif de développement durable est d’assurer la gestion et la protection durables des écosystèmes marins et côtiers. Aujourd’hui, la vie océanique est mise à rude  épreuve sous l’effet, notamment, des changements climatiques, de la pollution, de la perte d’habitats côtiers et de la surexploitation des espèces marines. Environ un tiers des stocks halieutiques à valeur marchande sont surexploités, et nombre d’autres espèces, telles que les albatros ou les tortues, sont mises en danger par l’utilisation non viable des ressources océaniques », précise –t-il.

La bonne nouvelle, poursuit le message, c’est qu’il existe des solutions.

 

En effet, « les stocks halieutiques, par exemple, ont pour la plupart de bonnes chances de se reconstituer lorsqu’ils sont gérés de façon scientifique. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) renforce la réglementation relative aux espèces marines et la Convention sur la diversité biologique (CDB) s’emploie à mettre au point un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 ».

 

Aussi invite t-il le monde à une prise de conscience  de l’extraordinaire diversité qui caractérise la vie marine et de l’importance cruciale que revêtent les espèces marines pour  le développement durable  et pour les générations futures.