La contribution de la diaspora togolaise dans l’économie nationale n’est plus à démontrer.  En témoignent les chiffres sur l’origine des transferts de fonds de la diaspora vers le Togo. Selon la Banque Mondiale, en 2015, 427 millions US$ sont rentrés au pays. Les grosses contributions viennent du Ghana, NigeriaFranceCôte-d’Ivoire  et  Benin.

Le Ministre togolais des Affaires Etrangères et des Togolais de l’Extérieur, le professeur Robert  DUSSEY,  en est très conscient. C’est pourquoi, il a déclaré sur son compte twitter que: « Le Togo a besoin de toutes ses filles et de tous ses fils. Un Togo émergent ne peut se construire sans sa Diaspora»,  en faisant référence aux chiffres de la banque mondiale.   

Cette information est donnée au moment où le Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur est en train d’être mis en place.

Aussi, faut-il le rappeler, cette institution devra servir d’interface entre les autorités togolaises et la diaspora. L’élection des 77 délégués devant composer le HCTE est enclenchée et la diaspora africaine va élire 45 représentants. Un quota octroyé à raison pour le fait que les togolais vivant dans les autres pays africains envoient plus d’argent au pays que ceux qui sont dans les pays occidentaux.  Une décision qui pourrait faire grincer les dents au niveau de la diaspora togolaise en Europe et en Amérique.

Mais le ministère en charge des togolais de l’extérieur explique que ce choix est basé sur des données réelles fournies ces dernières années par la Banque Mondiale.

«C’est logiquement que nous avons accordé les 45 sièges sur 77 à la diaspora en Afrique dans le Haut Conseil des Togolais de L'Extérieur (HCTE) »,  soutient  Robert Dussey.