Le ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri (photo) a indiqué, lors d’un entretien avec l’agence russe Sputnik, que la question du Barrage éthiopien de la Renaissance est scientifique, et doit donc être régie dans le cadre du Droit international et selon les dispositions régissant l’exploitation des fleuves transfrontaliers. C’est ce qu’a appris l’Agence « Corps Diplomatic Togo » auprès du confrère Progres.net.eg

Etant donné la relation unissant la Russie à l’Egypte, au Soudan et à l’Ethiopie, est-ce qu’une intervention russe dans ce dossier est-elle envisageable ?  Le ministre des Affaires étrangères  a répondu : «La Russie est un grand et puissant pays  et membre permanent du Conseil de sécurité. C’est un pays qui soutient les dispositions de la légitimité internationale et le respect du Droit international. Les pays du monde peuvent contribuer au règlement de cette crise qui affecte la vie de 105 millions d’Egyptiens, de 40 millions de Soudanais et de 100 millions d’Ethiopiens».

Et Choucri de dire que «nous ne souhaitons pas que cette question soit une source de tensions en Afrique de l'Est, d’autant que ses répercussions négatives sur la stabilité, la paix et la sécurité ne se limitent pas au seul continent africain mais s’étendent au périmètre régional de façon générale.

Le chef de la diplomatie a encore dit que la question du Barrage de la Renaissance est scientifique qui doit être réglée de sorte que les intérêts de l’Egypte et du Soudan ne soient pas affectés et que les objectifs de développement de l’Ethiopie soient pris en compte. 

Dans le  même  entretien avec l’agence russe Sputnik, le chef de la diplomatie a signalé que le règlement de la question du Barrage de la Renaissance n’obéit ni à des fins ni à des interprétations d’ordre politique. C’est une cause qui peut être facilement réglée tant qu’une volonté politique existe, a-t-il dit, poursuivant qu’il faut mettre en place un plan pour régir le remplissage du réservoir du barrage et en vertu du fait qu’il s’agit d’une source naturelle variable en fonction des conditions climatiques et naturelles.