Le  1er octobre 2020 marque  le 30e anniversaire de la Journée internationale des personnes âgées. Pour la circonstance,  Antonio Guterres (photo), Secrétaire Général de l’ONU,  appelle à ne pas les oublier. Selon lui, les personnes âgées doivent être une priorité dans l’action mondiale de lutte contre la pandémie du Covid-19 qui secoue l’univers depuis décembre dernier.

D’après M. Guterres, ce 30ème anniversaire est célébré alors que l’humanité lutte contre le Covid-19 et ses conséquences. Des conséquences particulièrement graves et disproportionnées pour les personnes âgées dans le monde entier aussi bien sur le plan sanitaire, que pour leurs droits et leur bien-être.

« Dans la droite ligne du thème des célébrations de cette année, nous devons également nous interroger sur la façon dont la pandémie pourrait modifier notre manière d’aborder la question du vieillissement et des personnes âgées. Il sera essentiel d’élargir les possibilités offertes à ces dernières et d’améliorer leur accès à la santé, aux pensions de retraite et à la protection sociale », a déclaré  le patron de l’ONU.

Tout en relevant qu’en 2020, le monde célèbre également l’Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier, qui connaissent mieux que personne les difficultés que rencontrent actuellement les personnes âgées., M. Guterres estime que les professionnels de la santé et les travailleurs sociaux tels que le personnel infirmier et les sages-femmes jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la pandémie et que la plupart sont des femmes, âgées pour bon nombre d’entre elles.

« Ces personnes, qui consacrent leur vie à prendre soin de nous, ainsi que des personnes âgées, des mères et des enfants, méritent que nous les soutenions bien davantage », a souligné le Secrétaire général de l’ONU qui appelle à œuvrer de concert à améliorer la vie des personnes âgées, de leurs familles et de leur entourage tout au long de la Décennie consacrée au vieillissement en bonne santé (2020-2030).

« Le potentiel des personnes âgées est un atout considérable pour le développement durable. Plus que jamais, nous devons entendre leurs voix, leurs avis et leurs idées afin de construire des sociétés plus inclusives et mieux adaptées à leurs besoins », a encore martelé Antonio Guterres.