Le 5 octobre 2020 a coincidé avec la  cébration de la Journée mondiale de l’habitat.  A cette  occasion,  Antonio  Guterres apopelle les dirigeants  à  se pencher sur l’état des villes dans le monde. C'est pourquoi  l’accent est mis sur le rôle central du logement, comme moteur du développement urbain durable.

« Aujourd’hui, un milliard de personnes vivent dans des établissements surpeuplés et dans des logements inadéquats. D’ici 2030, ce nombre passera à 1,6 milliard. Il faut agir dès maintenant pour fournir aux familles à faible revenu et aux populations vulnérables des logements abordables, en assurant  la sécurité des droits fonciers et la facilité de l’accès à l’eau, à l’assainissement, aux transports et à d’autres services de base. Pour répondre à la demande mondiale, il faudra construire plus de 96 000 unités de logement, chaque jour, dans le cadre de la transition verte», a affirmé le patron de l’Organisation des Nations Unies.

 Il met également l’accent sur la vulnérabilité engendrée par la COVID-19.

« La COVID-19 a fait ressortir l’urgence d’améliorer les conditions de vie, après avoir dévasté la vie de millions de personnes dans les villes. L’accès à l’eau potable et à l’assainissement ainsi que la distanciation physique sont des réponses essentielles à la pandémie. Pourtant, l’application de ces mesures dans les bidonvilles s’est avérée difficile. Cela signifie que les risques d’infection sont plus grands non seulement dans les bidonvilles, mais aussi dans des villes entières, qui comprennent souvent bon nombre de travailleurs à faible revenu de l’économie parallèle,vivant dans des établissements informels.», a déclaré Monsieur GUTERRES.

Se référant à la décennie d’action en faveur des objectifs de développement durable,  Antonio GUTERRES «lance un appel à l’intensification des efforts, afin de promouvoir des partenariats et des politiques favorables aux pauvres et les réglementations nécessaires à l’amélioration du logement dans les villes ».