Du 12 au 19 octobre, la communauté internationale célèbre la semaine de l’alimentation.  Occasion pour le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres (photo), de publier un message.

 « Les systèmes qui nous permettent de remplir nos assiettes ont un impact profond sur nos économies, sur notre santé et sur l’environnement. Les systèmes alimentaires sont l’une des principales raisons pour lesquelles nous ne parvenons pas à rester dans les limites écologiques de  notre planète.», lit-on dans ce message.

 Mais le diplomate onusien précise que ces système «peuvent, aussi, être déterminants dans la lutte contre la crise climatique, en permettant de contrer la perte de biodiversité qui s’accélère et d’édifier des sociétés plus saines.»

 Il déplore la survenue  de la covid-19 qui a tout chamboulé : « cette année, la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la fragilité de nos systèmes alimentaires».

 « Des millions de personnes sont venues grossir les rangs des affamés, et des millions d’emplois ont été perdus.  Pour aborder ces questions, j’entends convoquer, l’année prochaine, un sommet sur les systèmes alimentaires.

Il s’agira d’un « Sommet des peuples » et d’un « Sommet des solutions », « une réflexion, axée sur l’action, qui se déroulera en deux temps forts à Rome  au début de l’été», lit-on dans ce message.