Alors que l'opinion nationale et internationale parlent d'une suite logique de la situation sociopolitique au Togo qui conduirait évidemment à un référendum, aucun processus n'a encore été officiellement lancé par le gouvernement. Ce mercredi 04 octobre 2017, un communiqué conjointement signé par la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine (UA) et le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) recommande au Togo le référendum.

Visiblement ces trois organisations suivent avec attention l'évolution de la situation sociopolitique du Togo. Pour le processus de révision constitutionnelle, elles exigent du gouvernement, une date pour l’organisation du référendum sur le projet de loi constitutionnelle.

Selon ce communiqué rendu public, « c’est une étape importante pour mettre le Togo en conformité avec les normes démocratiques reflétant les meilleures pratiques en Afrique de l’Ouest ».

Par ailleurs, ces organisations invitent les acteurs politiques de l'opposition « à saisir cette occasion pour faire avancer les réformes constitutionnelles (...) afin de préserver la paix et la cohésion dans le pays car le Togo est leur patrimoine commun».

Il sied de préciser que jusqu'alors, le Chef de l'Etat togolais et son gouvernement n'ont pas encore fait une démarche claire et officielle pouvant faire croire à l'organisation d'un référendum dans le pays.

Helmut PINTO