La crise politique togolaise devient de plus en plus inquiétante.  Soucieuse de l’instabilité qu’elle pourra engendrer dans la sous-région, Antonio Guterres, le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a mandaté cinq Chefs d’Etats ouest africains pour décanter la situation qui prévaut  au Togo depuis quelques mois déjà.

Ils seront cinq (5) chefs d’Etats tous de la CEDEAO à se pencher sur la crise politique qui sévit au Togo. Il s’agit du Béninois Patrice Talon, du Burkinabé Rock-Marc Kaboré, de l’Ivoirien Alassane Ouattara, du Nigérien Mahamadou Issoufou et du Ghanéen  Nana Akoufo-Addo. Désignés par le Secrétaire Général de l’ONU, ces chefs d’Etats auront pour mission de rencontrer les responsables de l’opposition, le gouvernement, le parti au pouvoir, les responsables de la société  civile et les ambassadeurs accrédités au Togo afin de trouver un terrain d’entente entre  l’opposition qui réclame le retour à la constitution de 1992 et le gouvernement qui veut à tout prix organiser un référendum pour permettre à Faure Gnassingbé de garder éternellement le pouvoir.

Notons que le président ghanéen Nana Akufo-Addo  a été mandaté par ses pairs du groupe des cinq  pour être le chef de mission. Il aura la lourde tâche d’éviter que le Togo sombre  dans une situation  chaotique.

Eyram Akakpo