Un accord bilatéral de transport aérien est scellé  ce 27 octobre 2017 à Nouakchott entre la République Islamique de Mauritanie et la République Togolaise. Cet accord qui  s’inscrit dans l’esprit de la Décision de Yamoussoukro renforce et favorise la coopération et le développement des transports aériens internationaux entre les deux pays. Il permet aux entreprises de transport aérien désignées pour l’exploitation des services agréés sur les routes spécifiées dans le tableau de route, de coopérer et d’offrir aux voyageurs une grande variété de services.

En outre, il encourage le développement économique entre la République Togolaise et la République Islamique de Mauritanie notamment en ce qui concerne l’exploitation de la Ligne aérienne entre les deux Etats et la mobilité des personnes et des biens pour le bonheur des populations. Cet accord crée ainsi des opportunités d’affaires entre les populations mauritaniennes  et togolaises.

Concrètement, Mauritania Airlines pourra assurer des liaisons directes vers Lomé et Asky par réciprocité desservir la Mauritanie.

Mauritania Airlines devra  bientôt ouvrir une agence de représentation dans la capitale togolaise.

L’accord a été signé du côté togolais par le Ministre des Affaires étrangères, de  la Coopération et de l’Intégration Africaine,  le Professeur  Robert Dussey, et du côté  mauritanien  par les ministres des Transports et du Commerce. Le chef de la diplomatie mauritanienne, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih, a assisté  à la cérémonie.

Les futures liaisons Nouakchott-Lomé permettront de développer les échanges bilatéraux offriront à la Mauritanie un tremplin pour l'intégration dans l’espace CEDEAO puisse que ce pays est un membre associé de l’organisation ouest-africaine.

 

Asky  avec  sa flotte d’une dizaine de  Boeings  désert déjà une vingtaine de destinations  en Afrique de l’Ouest  et centrale.

Mauritania Airlines a une flotte composée de monocouloirs Boeing 737-800, 700 et 500. Elle dessert Nouadhibou, Zouerate, Abidjan, Bamako, Casablanca, Conakry, Dakar, Las Palmas et Tunis. 

Il sied de rappeler que  la  Décision relative à la mise en œuvre de la Déclaration de Yamoussoukro concernant la libéralisation de l’accès aux marchés du transport aérien en Afrique, signée le 14 novembre 1999 et approuvée par les Chefs d’Etats de l’OUA en juillet 2000 à Lomé.

David Ricardo