Depuis ce mercredi  13 décembre,   les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la CEDEAO  sont en conclave  à Abuja,  la capitale politique  du Nigeria  et pendant deux jours afin de préparer le sommet de l’organisation qui aura lieu le samedi  16 décembre.

Les travaux sont dirigés  par Robert  Dussey, le Chef de la diplomatie togolaise, dont le pays assure la présidence tournante de  l’organisation régionale. 

Les priorités demeurent la réforme institutionnelle qui vise à repositionner la CEDEAO sur la scène africaine et internationale, à travers l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience de ses institutions, a souligné le ministre lors de son intervention.

Il a mentionné en particulier l’intégration monétaire, l’union douanière, la promotion du secteur privé et l’amélioration de l’environnement des affaires, le développement de l’agriculture et des infrastructures, d la promotion de la démocratie, le maintien de la paix et la sécurité régionale.

‘Plus de quarante ans après la création de la CEDEAO,  son taux d’intégration n’est que de 15%’, a regretté  le Professeur  Dussey.

Le Ministre s’est fait sienne  la citation de feu  Kwame Nkrumah, ancien président du Ghana et l’un des chantres du panafricanisme : « Divisés, nous sommes faibles. (…) Je suis profondément et sincèrement persuadé qu’avec notre sagesse ancestrale et notre dignité (…) émergera une grande force dont la grandeur est indestructible parce qu’elle est bâtie sur l’espoir, la confiance et l’amitié’.