Après le «Travel ban» qui interdit l'accès du territoire américain aux ressortissants étrangers de plusieurs pays musulmans dans le monde, l'actuelle Administration américaine vient de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël.

« Cette reconnaissance unilatérale vient s'ajouter à la décision de faire déplacer l'Ambassade des USA en Israël, de Tel-Aviv à Jérusalem qui n'est pourtant pas reconnue par la communauté internationale comme la capitale de l'Etat hébreu. Ces décisions du Président Donald TRUMP créent ainsi un dangereux précédent diplomatique au Proche et au Moyen-Orient. ». C’est  ce que nous lisons dans la déclaration de pax Africana, la Fondation présidée par l’Ancien premier ministre togolais, Edouard Edem KODJO (en photo).

 « Les réactions vives et les tensions extrêmes que suscitent déjà cette nouvelle mesure du Chef de l'exécutif américain témoignent à elles seules de la sensibilité et de la délicatesse de ce sujet qui mérite une réflexion consensuelle, davantage mûrie.

 Cette reconnaissance de Jérusalem par l'Administration TRUMP contrevient aux résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU, et menace la paix mondiale, à l'heure où divers périls contemporains rendent déjà ténu le fil de la préservation de la paix sur la planète. La décision du Président TRUMP aura surtout pour conséquences d'attiser des rancœurs dans le long conflit israélo-arabe dont les tentatives de résolution sont au point mort, depuis les derniers efforts probants de médiation du 44ème Président des USA, Barack Hussein OBAMA. »  révèle encore cette déclaration.

 Pax Africana soutient que « la nouvelle orientation diplomatique des USA sous Donald TRUMP aura en outre comme effet, à très court terme, d'isoler WASHINGTON dans le monde, de saper tous les efforts de paix durable et sincère aux Proche et Moyen-Orient, et ramènera le monde à des temps sombres que plus personne ne souhaite vivre en ce 21è siècle. La ville de Jérusalem revêt une dimension au-delà du symbolique et surtout sensible pour tous les pratiquants des 3 principales religions monothéistes que sont le christianisme, l'islam et le judaïsme. »

Enfin, elle déplore l’ « instauration unilatérale d’un climat de paix durable aux Proche et Moyen-Orient en foulant aux pieds les règles internationales du vivre ensemble. Sans une résolution pacifique et consensuelle du conflit israélo-arabe, la paix mondiale demeurera fragile», a-t-elle conclu.