Le Togo, l’un des 10 meilleurs pays les plus réformateurs au monde, selon le dernier classement mondial Doing business, a pu réaliser cet exploit grâce à la mise en œuvre d’un certain nombre de réformes impulsées par la cellule climat des affaires créée par le chef de l’État. Ces réformes ont permis de faciliter l’entrepreneuriat, ce qui a eu pour conséquence l’augmentation du nombre d’entreprises (des nationaux comme des étrangers) créées les trois dernières années.

La dynamique se poursuit toujours, afin que le secteur privé, acteur majeur dans le financement du PND (65%) puisse jouer pleinement son rôle. Selon la coordinatrice de la Cellule Climat des Affaires, Mme Sandra Johnson, ces efforts d’amélioration sont une condition sine qua non pour la réalisation du PND, soutient notre confrère Togo matin. Au cours d’une rencontre qu’elle a eue vendredi dernier avec la presse, Mme Johnson a présenté les réformes qui ont été enregistrées entre 2018 et 2019.

Dans le domaine du transfert de propriété par exemple, les démarches ont été davantage simplifiées. Les 3 formalités de transfert de propriété, sont désormais fusionnées. Les droits d’enregistrement et de conservation foncière s’élèvent à 35 000 CFA alors que cela coûtait auparavant 4% de la valeur vénale de l’immeuble précédemment.

L’on peut également sentir les dernières réformes au niveau du raccordement à l’électricité au Togo. Les frais de raccordement à l’électricité, moyenne tension sont désormais réduits de 50%.
Au niveau de l’indicateur permis de construire, on note un renforcement de la réforme relative à la dématérialisation des procédures mais surtout du cadre réglementaire des dispositions portant sur les contrôles techniques. Ces contrôles sont désormais réguliers en vue d’assurer la qualité des ouvrages. Pour ce qui concerne l’aspect création d’entreprise, les réformes se sont poursuivies au niveau des démarches relatives au processus de création d’entreprise SARL sous seing privé.

Les statistiques montrent une augmentation du nombre d’entreprises créées sous seing privé qui s’établit à 85% contre 75% il y a un an. Selon Mme Sandra Johnson, toute réforme est difficile mais, la réalisation des ambitions traduites dans le PND passera par là. Il est nécessaire, a-t-elle ajouté, de créer le cadre réglementaire et les facilités nécessaires pour une transformation structurelle de l’économie en vue d’une croissance forte durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emploi.