Septième  producteur mondial du karité, le Togo et certains pays membres de l’Alliance mondiale pour le karité bénéficient du Programme régional d’appui au développement commercial inclusif de la filière karité (PRADCIFK), d’une somme de 3,6 millions de dollars. L’objectif de ce programme  est de faciliter les expéditions de l’amande de karité dans les pays concernés.

3,6 millions d’euros, c’est le montant du financement  accordé au Togo, au Bénin, au Burkina Faso  et au  Mali par l’Alliance mondiale pour le karité  pour faciliter les expéditions de l’amande de karité. L’initiative a pour but de  favoriser l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) aux marchés internationaux, booster les recettes liées au commerce pour les collectrices ainsi que les transformatrices. Sont attendus comme résultat  une hausse du commerce annuel de karité de 28.880 tonnes, le renforcement des capacités de 30.660 femmes ramasseuses et transformatrices de karité ainsi que l’appui à l’exportation de 2 180 PME.

Il sied de rappeler que c’est en mars 2018 que  le Togo avait intégré l’Alliance globale du karité et se  dotant  d’une faitière qu’est la Fédération inclusive du karité du Togo. Celle-ci regroupe des pépiniéristes, des collecteurs et des transformateurs de l’amande.

 Les premiers acteurs de cette faitière visent  à  faire du karité,  une culture de rente au même titre que le café, le cacao ou encore le coton. A ce jour, plus de 800 femmes des régions centrale, Kara et Savanes ont bénéficié de renforcement de capacité sur les bonnes pratiques dans le domaine du karité. En Afrique, on estime à plus de quatre  millions le nombre de femmes qui vivent du travail du karité.

Eyram AKAKPO