Le secteur minier  est en plein essor au Togo. En témoigne ses contributions aux   budgets  successifs.  Ce secteur a en effet contribué  pour  13,2 milliards F CFA au budget de 2017, selon les chiffres contenus dans le  rapport de l’Initiative pour la transparence des industries extractives pour le Togo (ITIE-TOGO 2017).

Le Togo dispose d’une vaste richesse minière. Il est l’un des grands  producteurs mondiaux de phosphates, principale ressource minière du pays. Outre le phosphate, le pays dispose des   exploitants  et exportateurs  du clinker, du  marbre bruit,  du  fer, ainsi que d’autres produits miniers.

Selon le même rapport  de l’ITIE, 86% des 13,2 milliards F CFA engendrée par les 23 entreprises du secteur extractif, ont été directement alloués au budget national, dont près de 75% provenant du secteur minier et 12% du secteur des carrières. Le rapport indique que le reste des ressources provient du secteur d’exploitation des nappes souterraines (6,7%), de la commercialisation de l’or (6,5%) et de l’extraction artisanale, qui représentent 0,1% des revenus budgétaires provenant de l’extraction des produits. 

Le gouvernement œuvre pour que l’ITIE devienne un modèle de bonne gestion du secteur extractif, et dans la gestion des finances de l’Etat. En témoignent les multiples actions du gouvernement en faveur du secteur.

Le Togo  rend publics  les permis d’exploitation et  les contrats miniers des entreprises minières.  Ils sont disponibles sur les sites de la direction générale des mines et de la géologie. Les listes des actionnaires de ces  entreprises sont également publiées. Dans la même optique, elles ont publié leurs états financiers, surtout les entreprises d’État.

Toutes ces actions contribuent  à  la transparence dans le secteur minier. Kokou AGBEMADON est le coordonnateur de l’ITIE  au Togo.