La Cellule du Climat des Affaires (CCA) dont le décret de création a été pris en Conseil des ministres le 23 novembre dernier a officiellement lancé ses activités mardi à Lomé. La cérémonie a été couplée de l’atelier de validation du plan d’actions pour l’amélioration du climat des affaires au Togo à court et à moyen terme. C’est le Premier Ministre togolais Komi Sélom  Klassou qui a ouvert les travaux de l’atelier de planification. Pour lui,  l’initiative s’inscrit dans la droite ligne de la vision du gouvernement tendant à donner des signaux clairs d’une amélioration continue du climat des affaires au Togo.

« Cet atelier a aussi pour rôle de donner une plus grande visibilité et lisibilité à toutes les initiatives déjà déployées et à celles envisagées par le gouvernement aux fins d’améliorer le climat d’affaires et donc renforcer l’attractivité et la compétitive du pays », a-t-il laissé entendre.

 La Cellule du Climat des Affaires (CCA) a pour mission  d’implémenter les réformes déjà opérées et celles à venir pour une amélioration du climat des affaires au Togo.

Avec le lancement de ses activités, cette cellule entend poursuivre les différentes réformes entreprises depuis 10 ans par le gouvernement  pour améliorer le climat des affaires au Togo.

Selon  la  Coordinatrice de la Cellule, Sandra Johnson,  ces réformes porteront sur la suppression des droits d’enregistrements et droits de timbres, la libéralisation du capital social, l’exonération de la Taxe Professionnelle Unique, la réduction des frais de publication, la suppression de la procédure relative au payement au guichet de la BTCI, l’incitation fiscale des entreprises, la réduction du coût d’octroi du permis de construire et la réduction drastique des délais de mutation fiscale.

Ces réformes qui touchent à cinq indicateurs de la problématique de l'environnement des affaires, considérés par les autorités nationales comme prioritaires sont ce qui constitue le plan d’actions pour l’amélioration du climat des affaires au Togo.

Des propositions d’actions pour l’amélioration des indicateurs relatifs à la facilité de faire des affaires dans le monde et des propositions de toutes réformes au-delà du Doing business pouvant améliorer le climat des affaires dans son ensemble telles que les questions relatives à la bonne gouvernance sont attendues des acteurs du domaine  en vue de sa validation.

Signalons que plusieurs membres du gouvernement, des ambassadeurs accrédités au Togo, des acteurs du  secteur privé et des  partenaires techniques et financiers du Togo ont pris part à l’ouverture de l’atelier.