"Il y a parfois des cloches qu'on ne peut empêcher de sonner

Comme celle qui vous conduit à l’église

Et d'autres qu'on refuse d'écouter comme celle qui raisonne entre âme et conscience"

Aujourd'hui, des religieux prétendent  que le monde tend vers la fin

Que Jésus revient

Ont-ils raison?

Une chose est sûre

Pendant que nous sommes à la chapelle en train de prier 

Pour avoir une place de choix dans le navire du Christ

Les autres mettent en place des systèmes minutieux  qu'ils ne cessent de perfectionner 

Pour  envahir une fois encore nos territoires

Nous cherchons à tout prix à loger chez eux

Un processus qui nécessite beaucoup d'efforts,  de sacrifices et de contributions

Pendant ce temps, ils rachètent nos maisons, nos terres nos racines, nos cultures

 et même nos pays

À croire qu'ils ont brouillé  la caméra centrale de notre esprit de discernement.

Bientôt ils seront beaucoup plus gentils

Ils nous laisseront passer leur frontière sans visa pour visiter la NASA 

Et vivre chez eux sans carte de séjour 

Chacun de nous dira merci à son dieu pour une décision pleine d'amour et de grâce

sans se demander derrière ce qui s'y cache

Un patriarche camerounais a affirmé qu' "il n y a pas de philantropie en relations internationales"

"Le futur est en Afrique, mais est-ce que ça sera avec les Africains?" Serge Florent BIYONG

Le système est fait de telle sorte que les  Africains désertent le continent

Ceux d'entre nous qui sont doués et très brillants sont cordialement  invités par un système

de bourse scolaire,  professionnelle ou d'autres meilleures opportunités, le malin leur tend la main. 

Les autres "tarés" se débrouillent par tous les moyens pour passer aussi dans le trou de l'épingle

et rejoindre l'eldorado

En espérant qu'une fois sur place

Le ciel sera plus prêt 

Ils cachent leur plan avec autant de zèle qu'un écureuil cache ses noisettes

Ils parlent comme des avocats et réfléchissent comme des politiciens

Ce sont des chevaliers en armure haute couture

Avec un sourire d'ange et un cœur sans pitié

Comme quoi on ne juge pas la qualité du miel en regardant l'abeille

Le problème de l'Afrique n'est pas économique

C'est un problème de rapport de force

C’est pourquoi je crie et j'écris

Que les Africains prennent conscience

Qu'ils discutent qu'ils réfléchissent   sans fléchir

car personne ne sait  ce que l'avenir lui réserve mais si nous sommes optimistes,

 tout devient possible

Il n'y a de plus grande humiliation que de se sentir étranger chez soi 

La communauté chrétienne ne cesse d'augmenter

Nous avons plus de pasteurs en Afrique que de penseurs

Sommes-nous sur la bonne voie?

Car être né de nouveau n'est certainement pas une affaire d'église ou de conscience chrétienne

C'est une histoire de morale et d'état d'âme

On ne doit pas  se contenter de regarder

Il faut voir en ouvrant l'oeil et le bon

Nous sommes destinés à être de grands hommes sous la seule vertu de nos racines

On nous a appris que le sacrifice était pour les imbéciles

Que survivre était tout ce qui importait

Aujourd'hui,  nous nous retrouvons à la croisée des chemins

Nous devons décider ce que nous croyons être vrai

Il n'y a pas de destinée toute tracée

Les héritages devraient se gagner en fonction des choix que nous faisons

Nous écrivons notre propre fin

On peut choisir de se cacher comme des traîtres 

Ou de vivre comme des héros 

 l'Afrique doit affronter son destin trafiqué et le restaurer à jamais

Parlons,  discutons et réfléchissons

Pour trouver une solution

Et tendons la main à nos frères qui ne croient plus en notre mère Afrique

La main tendue

Dans ce monde ardu

À ceux qui sont perdus

Pour qu'ils ne soient pas vendus  au désespoir 

Pour qu’ils retrouvent la voie de l'espoir, de la vérité et de la vie

C'est cela le rôle des patriarches africains que nous sommes

 

Joel Ange, la plume qui parle #Generation consciente #