Après quatre ans de durs labeurs, Soguibabe Kombate est fait Docteur en Art, Culture et Développement. C’est à l’issue de sa soutenance de thèse qui a eu lieu ce samedi 15 Septembre 2018  à l’Université de Lomé sur le thème: «Déterminants de la faible intégration de la culture dans les politiques publiques de développement local urbain au Togo. Programme de renforcement de capacités des acteurs locaux». Décerné mention Très Honorable, l’impétrant avec sa thèse-projet, propose des approches de solutions pour la reconstruction d’Aného, une ville centenaire et historique du Togo.

Il sonnait 9h 30 lorsque le jury international et multidisciplinaire composé de quatre professeurs et présidé par le Professeur Komi Kossi-Titrikou, à pas de sénateurs, est arrivé à la salle de conférence du Village du Bénin (à l’Université de Lomé), lieu où s’est tenue la soutenance. Pendant deux heures 30 minutes,  Soguibabe Kombate avec ses recherches, a prouvé au jury  que la dimension culturelle est un élément central dans la conduite de toute politique publique  de développement.

Selon lui, il est indéniable de nos jours de conduire un processus de développement sans tenir compte des identités culturelles.

« C’est au regard de ce que nous sommes en tant qu’Africains que nous pouvons intégrer  ces valeurs dans le processus de développement  tant au niveau local que national », a-t-il affirmé.

La thèse répond aux nouvelles exigences de l’Institution Régionale d’Enseignement supérieur et de recherche en développement culturel qui recommande dorénavant des thèses- projets.

En étudiant le cas de la ville d’Aného, il élabore un « Programme de Renforcement de Capacités des Acteurs Locaux pour la Promotion du Développement Culturel Urbain au Togo (PRECAL-PDCUT).

Il recommande le renforcement de capacités des acteurs publics sur toute la chaine de la planification du développement local en vue de les amener à concevoir un plan ou à dessiner une carte pour réhabiliter toutes les infrastructures de la ville d’Aného.

Pour le jury, c’est une thèse  modèle, un travail de diagnostic qui a montré  que jusqu’aujourd’hui les politiques n’arrivent pas à cerner l’importance de la culture dans le développement d’un pays.

« Le jury a beaucoup apprécié ce travail qui lance aujourd’hui les réflexions sur les politiques publiques qui doivent donner une place très importante à la culture.  L’impétrant est allé trop loin en montrant que la prise en compte de la dimension culturelle dans les politiques de développement doit commencer par les collectivités locales », a apprécié le Prof  Adolphe Kpatchavi, membre du jury.

Soguibabe Kombate est également diplômé du cycle III en Nouvelle Economie et Développement Durable de l’Université Jean Moulin Lyon III (France). Il est détenteur de plusieurs certifications en Intelligence et veille stratégique territoriale.

Rappelons que le jury présidé par le Prof TITRIKOU  est composé des professeurs Kokou HETCHELI (Directeur de thèse),  Adolphe KPATCHAVI et Akilou AMADOU (membres).

Il sied de préciser que c’est devant un public très nombreux composé des autorités gouvernementales, parents, amis, étudiants et collègues que Monsieur Kombaté a soutenu en tant que Secrétaire Permanent de l’Union des communes du Togo.