Depuis le début de la pandémie Coronavirus, à part la vie professionnelle, la vie scolaire et académique 2019-2020 a pris le coup. Les élèves et les étudiants ont passé leurs examens dans une situation exceptionnelle avec une année très spéciale interrompue par les effets de cette pandémie. Aujourd’hui, le mal existe encore. C’est pour cette raison que les acteurs de l’éducation ont des difficultés à accorder leurs violons pour la nouvelle rentrée scolaire prévue d’abord ce 26 octobre puis repoussée d’une semaine c’est-à-dire au 02 novembre 2020. Ce 26 octobre est consacrée à la rentrée administrative et pédagogique. Ainsi les acteurs de l’éducation en l’occurrence les directeurs, les inspecteurs, les enseignants auront à faire l’état des lieux avant la rentrée effective des élèves le 02 novembre 2020. Mais déjà, il y a des remous au sein du corps enseignants dont certains réclament leur intégration pure simple dans la fonction publique.

Certains syndicats haussent le ton en rappelant aux autorités de matérialiser les décisions prises l’année dernière lors des pourparlers entre les deux parties. Le regard est tourné vers les enseignants volontaires pour l’intégration d’une partie et progressive pour le reste;  la satisfaction de certains primes n’est pas du reste, le cas des enseignants confessionnels a aussi retenu l’attention de ces syndicats qui demandent au gouvernement de faire un effort pour satisfaire ces doléances indispensables pour la bonne reprise des cours cette année académique 2020-2021.

Comment réorganiser l’école en cette période de la pandémie, en occurrence le rassemblement sous les mâts, les  périodes de récréation, la répartition des élèves pendant les cours? Telles sont les principales préoccupations des acteurs de l’éducation en vue de préserver la distanciation sociale au risque de contamination de la maladie (COVID-19).

Nombreux sont ces observateurs qui pensent déjà que la prochaine rentrée s’annonce très menacée et par les enseignants et par la Covid-19. Auront-ils raison ou tort. Nous le saurons dans les jours à venir.

 

Anges ADJANOR