C’est ce lundi 17 octobre que les élèves du Togo reprendront le  chemin des classes. Dans un communiqué rendu public cette semaine,  le mouvement Martin Luther King, dit condamner  l’état de délabrement et d’indécence des infrastructures scolaires au Togo.

Des murs en banco, les toits en pailles et les sièges en tronc d’arbre. C’est ainsi que sont  décrites les salles de classe où  se forment certaines élites togolaises.  Pendant près d’un demi-siècle où le pays est dirigé par la famille Gnassingbé, poursuit le communiqué, pas d’amélioration sensible à noter au niveau des infrastructures éducatives. Les hangars transformés en salle de classe qui ne peuvent même être comparés à une porcherie sous d’autres cieux.  A voir le train de vie de la minorité pilleuse du pays, le gouvernement   ne peut en aucun cas affirmer que ce sont les moyens qui manquent pour construire des infrastructures scolaires. On s’en rend aisément compte que la minorité pilleuse dont avait fait cas entre temps  le Chef de l’Etat, et qui n’est jamais inquiétée,  préfère ˵développer  son  ventre˶ avec  les fonds du contribuable togolais que de développer l’éducation qui est le socle de tout développement.

Cet état de délabrement et d’indécence  des bâtiments scolaires représente  un réel danger  pour la vie des milliers d’élèves comme le souligne  le communiqué du mouvement Martin Luther King. « En état d’insécurité, elles sont totalement  délabrées et sont sur le point de s’effondrer et ne  présentent donc pas des garanties suffisantes d’assurance pour les apprenants » martèle le communiqué du MMLK.  Les salles de classe exposées aux reptiles et aux animaux. Mieux  vaut avoir des enfants illettrés dans rue que de les voir assis sous des tombes ouvertes en  train de suivre les cours.

Beaucoup de secteurs étant délaissés, l’on se demande le rôle exact des gouvernants vis-à-vis de la population qui souffre du despotisme du régime  en place  il y a bientôt 50 ans. L’Etat a l’impérieux devoir  de creuser dans ses ressources pour  construire des salles dignes de ce  nom à travers   tout le pays pour permettre aux apprenants d’étudier en toute sérénité.

 

Eyram  AKAKPO