Il ressort d’une étude  réalisée en 2010 par les Langues de Scolarisation en Afrique Francophone (LASCOLAF) que l’usage courant des langues occidentales constitue un frein à la promotion d’une éducation  universelle de qualité pour les enfants du primaire, surtout en Afrique francophone. Un constat que partagent également l’initiative Ecole et Langues en Nationales en Afrique (ELAN) et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) au Togo, qui tiennent un  atelier dans ce sens depuis ce  lundi 24 octobre 2016 à Lomé.

Du 24 au  30 de ce mois, des experts nationaux et internationaux du monde éducatif vont travailler sur la production de lexiques bilingues ELAN en français et en langues nationales pour les Mathématiques et la Lecture puis  les mettre à la disposition du Togo, du Madagascar et la Côte d’Ivoire.

La phase première de l’initiative débutée en 2015, celle d’ « apprendre à lire et à écrire dans une première langue africaine et en français » a concerné 8 pays dont le Ghana, le Bénin, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Mali, le Niger, la RDC, et le Sénégal. Aujourd’hui, 12 pays d’Afrique dont le Togo se sont  joints à l’initiative. Il est donc clair que l’adhésion de ces nouveaux pays réside dans le fait que les « résultats de l’évaluation des acquis des élèves de ce projet pilote a démontré la plus-value de l’utilisation des langues nationales comme médium d’enseignement confirmant ainsi les hypothèses de départ » disait Hamidou SEYDOU-HANAFIOU, Coordonnateur de l’ELAN au bureau de l’OIF-Togo.

Selon l’approche de cette initiative, les chercheurs reconnaissent que débuter l’apprentissage des compétences de base telles que la lecture, l’écriture et les calculs dans la langue première de l’enfant l’aide à la maîtrise de la langue seconde. Les compétences académiques acquises  dans la langue première de cet enfant peuvent lui faciliter l’acquisition d’autres enseignements dans la langue seconde.

Sur  le plan culturel, l’enseignement bilingue favorise à la fois une connaissance de la culture du pays, la richesse d’une identité nationale et une ouverture vers l’international  grâce à une bonne connaissance de la langue française.

Dans sa quête de l’amélioration de la qualité de l’éducation, l’initiative Ecole et Langues en Nationales en Afrique (ELAN) à travers une approche convergente de la didactique  vise à promouvoir l’usage conjoint des langues africaines et la langue française dans l’enseignement primaire. Elle met en place une intervention structurée à deux niveaux. L’objectif premier étant le renforcement de capacité des ministères nationaux de l’éducation pour l’élaboration de réformes nécessaires à l’utilisation conjointe des langues africaines et du français dans l’enseignement primaire. Il s’agit aussi de la création au sein de la Francophonie, d’un dispositif international de capitalisation, d’échange d’expériences, d’expertise, de formation au service de l’enseignement bilingue dans les pays africains.

Helmut PINTO