Au Togo, toutes les parties prenantes dans la lutte contre le tabagisme et le cancer du col de l’utérus conjuguent  leur énergie pour optimiser la lutte contre les maladies non transmissibles et leurs facteurs de risques. Deux plans d’action ont été élaborés à cet effet durant les derniers mois de l’année 2016  avec le soutien  des partenaires du Togo  engagés dans cette lutte. Le Plan stratégique  2017-2022  de lutte contre le cancer du col de l’utérus a un budget de 27,5 milliards tandis que  celui de lutte contre le tabagisme est estimé à près de 3 milliards de F CFA.

La validation  des  plans  stratégiques d’actions   de lutte contre le tabagisme  et  le cancer du col de l’utérus  a eu  lieu  ce mardi 14 février à Lomé en présence de la société civile, les journalistes, et surtout des représentants des partenaires techniques et financiers du Togo et des ambassadeurs accrédités au Togo. « Il est  question d’élaborer, au terme des présentations, une feuille de route de la mise en œuvre des plans d’action de lutte contre le tabac et du cancer du col de l’utérus pour les cinq années à venir », a déclaré le Secrétaire Général du Ministère de la Santé,  Pr  Napo KOURA.

Selon les études de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),  le tabagisme est l’une des causes évitables de la mortalité et de morbidité dans le monde. Ce phénomène n’épargne aucune région du monde ou couches sociales des populations. Il s’agit selon l’OMS d’une épidémie mondiale. Le tabagisme est un comportement qui constitue un "facteur de risque". Conscient des conséquences dévastatrices du tabac au plan sanitaire, social, économique, environnemental, le Gouvernement togolais fait du tabagisme un fléau à prioriser justifiant la mise sur pied du plan et sa dissémination à toutes  les parties prenantes.

Le cancer du col de l’utérus quand à lui, est le 2ème cancer (14,9%) après le cancer du sein (16,6%), au Togo selon les estimations de l’Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer (IARC-GLOBOCAN). Il existe une forte association entre ce cancer et l’infection persistante par le Virus du Papillome Humain (VPH), surtout les types 16 et 18 qui représentent à eux seuls 70% de tous les cancers du col.

Helmut PINTO