Ces élèves ont encore envahi  les rues de Dapaong  et de Djagblé (dans la préfecture de Zio)  ce lundi  27 Février 2017. Ils  protestent contre l’attitude  de leurs enseignants  qui disent considérer les cours  programmés  lors de  la période de grève. La  manifestation   de ces élèves  a été  dispersée par les forces de l’ordre et de sécurité ss qui  ont fait usage des gaz lacrymogènes.

En effet, la colère des élèves de Dapaong a atteint son paroxysme lundi lorsqu’ils ont constaté que les enseignants ont effectivement décidé de ne pas reprendre les cours des jours de grève, précomptés par les autorités sur leurs salaires.

Dapaong est une ville où les enseignants suivent massivement les mots d’ordre de grève. Et ce lundi matin, tout se passait bien jusqu'à ce que les enseignants qui ont repris les cours n’annoncent aux élèves que les cours des jours de grève étaient considérés comme dispensés.

C’est alors que les élèves du lycée de la ville se sont spontanément descendus dans la rue allant d'un établissement à un établissement et délogeant leurs camarades aussi bien du public que du privé. 

Pour ces élèves, il n’est pas question d'accepter que les cours programmés lors du débrayage soient considérés comme faits tel que le mentionnent les enseignants. 

Ils invitent le gouvernement à bien vouloir satisfaire la plate-forme revendicative des enseignants pour que, eux  ne soient pas victime de la situation qui prévaut actuellement. 

Devant la détermination de ces élèves, les forces de l’ordre et de sécurité ont dû faire usage de grenades lacrymogènes. 

Rappelons que  la ville de Dapaong a déjà offert un spectacle dramatique au Togo lors d'une manifestation qui avait  occasionné  la mort de deux élèves,  Anselme Sinandare et Douti Sinalingue  les 15 et 17 Avril 2013.