Les enseignants togolais ne décolèrent pas. Le secteur de l’éducation sera encore paralysé cette semaine par des mouvements de grève.

Face à la diversion du régime Nord-Coréen de l’Afrique de régler les problèmes dans le secteur éducatif,  la Coordination des Syndicats de l’Education du Togo (CSET) et la Fédération  des Syndicats des Enseignants (FESEN) lancent un nouveau  mot d’ordre de grève de cinq jours. Ce mouvement d’humeur débutera ce lundi 13 mars dans l’enseignement public. Ce, pour faire pression sur le gouvernement à céder aux revendications du corps enseignant. Le gouvernement a l’obligation de gérer cette crise une fois de bon pour l’intérêt du pays et des élèves car dit-on souvent : « tant vaut l’école, tant vaut la nation »

Pendant ce temps le tout-puissant Ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara qui sur une radio de la place, a tenu des propos injurieux  contre les enseignants, a remis le relevé de conclusions du Groupe de travail qui planchait sur les problèmes du secteur de l’Enseignement au Premier ministre Sélom Klassou. Ceci se passait le 10 mars à la primature.

Eyram Akakpo