Les négociations pour un nouveau partenariat entre les pays ACP et l’Union Européenne  doivent débuter au plus tard en août 2018. En prélude à ces négociations, deux réunions importantes se tiendront à Lomé, la capitale togolaise. Il s’agit  de la session du Conseil des ministres des pays ACP (Afrique-Caraïbe-Pacifique) et celle du Conseil conjoint ACP-UE auront lieu du 27 mai au 1er juin à Lomé.

Le Conseil des ministres est la principale instance décisionnelle du Groupe ACP après le sommet  des chefs d’État et de gouvernement. Quant au Conseil des ministres conjoint, il est l’organe suprême du partenariat entre les ACP et l’Union européenne.

Faure Gnassingbé, qui assure également la présidence en exercice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) appelle à un plus grand rôle politique pour le Groupe ACP dans le cadre du prochain  Accord, notamment en termes d’appui aux Etats membres dans les différents processus relatifs au dialogue politique avec l’UE. 

Le président togolais souligne par ailleurs l’importance d’un partenariat renouvelé avec l’Europe après 2020, et insisté sur l’appel lancé aux États ACP pour qu’ils demeurent un groupe uni.

Pour l’Union européenne, « le rendez-vous de Lomé est important car il donnera le ton du futur cadre de la coopération entre l’UE et ses partenaires pour les prochaines années », souligne Cristina   Martins Barreira, Cheffe de la Délégation de l’UE au Togo.

Soixante dix-neuf  pays ACP- UE prendront part à la rencontre de Lomé.