La commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a rencontré ce samedi 2 juin 2018 à Lomé, les protagonistes de la crise togolaise. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations des acteurs politiques togolais conformément aux prescriptions de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’était tenue à Lomé  le 14 avril 2018. Le but est de permettre aux différents acteurs d’élaborer une feuille de route  qui servira de base à la poursuite du dialogue.

En vue de trouver  un aboutissement heureux à la crise qui secoue le Togo depuis le 19 août dernier, une délégation de la CEDEAO conduite par le  président de la commission, Jean-Claude Brou et  le représentant du président  ghanéen, le ministre de la sécurité Albert  Kan-Daapah ont échangé à Lomé avec les représentants de la coalition des 14 partis de l’opposition et  ceux  du gouvernement togolais.

Selon le président de la commission de la CEDEAO (en photo),  le gouvernement  et l’opposition ont marqué  leur accord pour la poursuite du dialogue pour un dénouement heureux de la crise, à travers  la mise en œuvre  des réformes dans un esprit  démocratique. « Nous avons noté surtout l’engagement des deux parties à œuvrer et à poursuivre  le dialogue en vue d’arriver à un accord sur la situation politique  au Togo. » a-t-il confié, avant d’ajouter  que  «  l’engagement des deux parties à vouloir  travailler ensemble  et aller de l’avant dans le cadre cette médiation pour pouvoir trouver une solution. »

Pour sa part, le chef de file de l’opposition, Jean Pierre Fabre, a déclaré avoir  fait part à la délégation de la CEDEAO, des préoccupations  de l’opposition relatives à la recrudescence des violences et le refus du pouvoir d’opérer  les réformes.

Selon le pouvoir et l’opposition, la poursuite du dialogue dépendra du calendrier  et de la disponibilité des facilitateurs.

Notons que le pouvoir est représenté à cette discussion par les ministres Boukpessi, Yark, Bawara, Agbetomey  et le Prof Kondi Agba, Aklesso, Trimua, Tségan et Malik Natchaba.                                                                          

L’opposition était représentée par  Jean Pierre Fabre, Me. Agboyibo,  Mme Adjamagbo, Dr Sama, Me Apevon et le Prof Gogué.

                                                                                               

 Eyram Akakpo