Depuis le début de la médiation de la CEDEAO dans la crise togolaise le 19 Février 2018, l’on assiste un statu quo du fait que les acteurs politiques de l’opposition et du parti au pouvoir  ne veulent pas lâcher prise. Cela crée une impasse  qui met à mal  l’avenir du pays. L’opposition exige entre autres le retour de la Constitution de 1992, les réformes institutionnelles et le vote de la diaspora.  Mais la pomme de discorde est la candidature de l’actuel Chef de l’Etat en 2020. Et à propos de ce sujet,  le Chef de file de l’opposition togolaise prévient la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO): « Proposer que Faure Gnassingbé se présente à un 4e mandat serait faire preuve d’une insoutenable légèreté ». Jean-Pierre Fabre dit comprendre certains togolais qui doutent que l’organisation sous-régionale s’exprime clairement sur le sujet. Il appelle par ailleurs  les populations  à maintenir la mobilisation, quoi qu’il adviendra au soir du 31 juillet, à l’issue du sommet de la CEDEAO.

Il  a indiqué comprendre les Togolais qui doutent encore que la CEDEAO se montre assez ferme vis-à-vis du pouvoir de Lomé.

« Ils ont raison de se montrer très sceptiques et de nous exhorter à plus de vigilance. Au regard des positions adoptées par la CEDEAO en 2005 en faveur du maintien au pouvoir de Faure Gnassingbé après son coup d’Etat, il y a lieu effectivement de s’interroger », a déclaré M. Fabre ajoutant comprendre l’inquiétude de tous ceux qui se souviennent de « cette terrible année de 2005 et des noms comme ceux de Mamadou Tandja, à l’époque président en exercice de la CEDEAO et de certains responsables de la CEDEAO comme Adrienne Diop et Cheik Oumar Diarra».

Le parti au pouvoir tient  coûte que coûte que son champion, Faure Gnassingbé,  soit toujours candidat en 2020 pour un 4e mandat.

Ce sont ces positions tranchées qui créent l’enlisement. De ce fait pouvoir et opposition se regardent en chiens de faïence.

Tous les regards sont désormais tournés vers le Sommet de la CEDEAO prévu pour  le 31 Juillet.