Des pratiques  retrogrades  ont toujours  cours  au Togo. Un détachement de la gendarmerie togolaise armée de gourdins et de grenades lacrymogènes  s’est rendu ce lundi 24 septembre devant les locaux de l’ambassade du Ghana à Lomé  pour déloger Habia Nicodème,  président du parti « Les Démocrates », qui observe une grève de la faim illimitée devant cette  ambassade.

La gendarmerie togolaise s’est encore illustrée très négativement ce lundi matin devant les locaux de l’ambassade du Ghana à Lomé. En grève de la faim illimitée depuis  6 jours pour dit-il exiger la libération des défenseurs des droits de l’homme et de l’activiste incarcéré à la prison civile de Lomé et le respect de la feuille de route par le régime Gnassingbé,  Habia Nicodème et ses visiteurs ont failli  essuyer des gaz lacrymogènes  et des bastonnades.  La situation ne sera décantée qu’après l’intervention des occupants de l’ambassade qui obligent  les forces de sécurité à se replier.

Selon  l’information  recueillie par notre  envoyé spécial,  la descente de la gendarmerie devant les locaux  de l’ambassade  serait  due à l’information  venant du Front citoyen Togo Debout (FCTD). « En soutien  à tous les prisonniers politiques au Togo  et surtout des membres  de la société civile, le FCTD vous convie  à déposer une bougie à l’ambassade du Ghana demain à 8h.  La campagne une bougie pour  la liberté vise à ramener la lumière  sur la situation de toutes  ces personnes détenues arbitrairement dans notre pays. Luttons sans défaillance. » indique  un communiqué du FCTD.

Les citoyens présents sur les lieux ce matin pour soutenir le président du parti Les Démocrates n’étaient visiblement pas  d’accord avec cette nouvelle tentative d’intimidation de la gendarmerie. « Personne ne bouge d’ici. Soit vous nous tuez  tous, soit vous nous emprisonnez tous» a affirmé   une femme indignée.

                                                                       

Eyram Akakpo