L'information est tombée lors de la convention nationale  du parti tenue ce 20 octobre 2018 à Lomé. Après dix ans de présence et d'actualités politiques, l'organisation pour bâtir dans l'union un Togo solidaire (OBUTS) cède sa dénomination au Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD). De même, le ballon rond cède sa place à une jarre reposant sur un coussin à travers lequel jaillit de l'eau vers une calebasse. Diverses raisons expliquent ce changement de dénomination et du signe d'identification. Notamment, l'appréciation que font certains partenaires à l'international du signe d'identification de la formation politique OBUTS. Selon eux, la perception immédiate qui se dégage du signe identitaire de la formation politique au ballon rond, renvoie soit, à une association sportive de football,  soit à une arme de destruction massive. D'après le bureau politique, ce mouvement aura une orientation politique socio-libérale, ouverte à la concertation politique, ouverte à la société civile et encline au compromis politique qui par moment transcende les clivages partisans. Le mouvement est non  aligné et n'est pas une aile marchante de quelque parti politique existant et ou ne saurait être un complément d'une autre formation politique en cas de besoin. Le MPDD porte une vision déclinée dans son programme et dans ses valeurs. "Rassembler les Togolais, construire un pays qui avance, qui gagne et fixer un cap. Il faut qu'on se mette ensemble",  tels sont les propos de  Kodjo Agbéyomé,  Président du MPDD.

Revenant sur la situation politique qui prévaut au Togo,  le Président a dans sa conférence de presse, soulevé la question du fonctionnement de la CENI et l'absence de la C14 au sein de la commission chargée d'organiser les élections. "...je ne vois pas ce qui peut diviser tant l'ANC et l'UFC qu'on ne puisse pas s'entendre sur un siège. Ce n'est pas le nombre de siège à la CENI qui détermine la victoire d'un candidat",  a laissé entendre le Président. Le parti d'Agbeyomé Kodjo, demande alors une prorogation de quelques jours de l'opération de recensement permettant ainsi à celles et ceux qui pour des raisons diverses ne furent pas en situation   de se faire enrôler sur la liste d'y satisfaire librement. A ce sujet, il explique : "J'ai été dans les CRV, il y'a plein de gens qui sont restés dans les CRV que j'ai visités. Je prends l'exemple de mon canton, c'est deux jours d'enregistrement parce que l'équipe tombait en pane ou du moins mal orientée. Ils sont nombreux, il y'a même des villages entiers. En fait pourquoi vouloir politiser l'enregistrement, l'enrôlement des gens?"

S'agissant des futures échéances électorales qui s'annoncent, le mouvement ce dit près à prendre part. Pour eux, le suffrage universel est la voie consacrée pour la conquête démocratique du pouvoir et constitue l'un des éléments d'appréciation de l'ordre politique de chaque acteurs politique sur l'échiquier politique national. Pour cette raison, le bureau politique exhorte les décideurs à ce que les recommandations de la feuille de route de la CEDEAO soient mises en application afin d'assurer la participation de chaque citoyen désireux de représenter sa région au prochain scrutin. "Nous sommes prêt à aller aux élections si les conditions sont réunis; les conditions de transparence et de crédibilité", a souligné Mensah Kodjo Agbeyomé,  Président du MPDD.

 

Désiré Agbémégno