La  bataille entre la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise et l’UFC vient de connaître un dénouement. En effet, l’Union des Forces de Changement (UFC)  a  quitté  la  Commission électorale nationale indépendante (CENI)  ce jeudi 8 Novembre. La facilitation de la CEDEAO    a donné  raison à la C14, ainsi, le représentant de l’UFC au sein de cette institution, Jean-Claude Homawo est prié de quitter la CENI.  Il a été remplacé par Francis Amuzun Pedro de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC),  parti membre de la C14.

Réunie  en séance plénière ce jeudi 8 novembre, l’assemblée nationale a donné quitus au représentant de la C14, Francis Amuzun Pedro de siéger à la CENI, en remplacement du représentant de l’UFC Jean Luc Homawo. Une situation à laquelle ne s’attendaient  pas du tout  les responsables du parti  « à la couleur jaune »  puisqu’il y a quelques jours,  le conseiller spécial du président de l’UFC, Isaac Tchiakpé, comme il s’agit de lui,  déclarait sur les ondes de la radio Kanal Fm, ce qui suit : « je vais me retirer de la politique et je vais rejoindre un monastère si la CEDEAO demandait   à l’UFC de quitter la CENI.»

En attendant que Monsieur le Conseiller spécial Isaac Tchiakpé rejoigne un monastère, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) sera paritairement composée  comme l’avait stipulé le comité de suivi chargé de la mise en œuvre de la feuille de route  de la CEDEAO le 23 septembre dernier à Lomé.

La coalition des 14 partis de l’opposition ainsi que le pouvoir auront désormais chacun 8 membres à la CENI.  Mais l’inquiétude demeure. Cette parité empêchera -t-elle  des irrégularités lors des prochaines élections? L’avenir nous en dira.

Il sied de rappeler  que la CENI est dirigée par le Professeur Kodjona KADANGA( en photo).

                                                                                       

Eyram Akakpo