Le régime de Faure Gnassingbé est-il allergique aux réunions du Parti national panafricain (PNP) ?  Tout  porte  à  le croire. En effet, les forces de sécurité et de défense ont dispersé ce samedi 17 août 2019 à Sokodé à coup de gaz lacrymogène, une réunion des militants du Parti national panafricain (PNP).

L’acharnement du pouvoir de Lomé contre le PNP  se poursuit à Sokodé, fief de l’opposant Tikpi Atchadam. Ce samedi, dans le quartier  Kpalo-Kpalo qui devrait abriter cette réunion hebdomadaire, l’armée a fait irruption en dispersant les militants de ce parti à coup de gaz lacrymogène.

Il serait reproché au parti de Tikpi Atchadam l’occupation de la voie publique sans aucune autorisation au préalable.

Selon les informations, le PNP avait été sommé de se conformer aux dispositions en adressant une demande d’autorisation mais en vain. C’est ainsi que ce samedi, même avant le début de la réunion, les forces de l’ordre et de défense ont fait une descente musclée en dispersant les militants à coup de gaz lacrymogène  et cassant les chaises.

On compte des blessés dans le camp du parti au cheval.

« En continuant par disperser  et réprimer les réunions des partis politiques notamment le PNP, la paix dont vous parlez, est illusoire et fragile », a laissé entendre le pasteur Edoh Komi du Mouvement Martin Luther King.

Cet acharnement du pouvoir de Lomé contre le PNP n’est pas la première. Leurs réunions et manifestations sont  souvent dispersées surtout dans le nord du pays.

 Eyram  Akakpo