L’Alliance nationale pour le changement(ANC) dirigée depuis bientôt une décennie par Jean-Pierre Fabre, est l’un des nombreux partis politiques qui n’ont jamais connu d’alternance à leur tête au Togo. Créé  le 10 octobre 2010, ce parti politique avait donné l’espoir d’une alternance que les Togolais cherchent  depuis un demi-siècle. Mais aujourd’hui, l’ANC se présente comme un bourreau  pour l’opposition et freine l’alternance au Togo.

L’Alliance Nationale pour le Changement serait-elle en train de faire le jeu du pouvoir en place en bloquant l’alternance au Togo? Tout porte à le croire.

En effet en Juin 2014,  le parti au pouvoir accusait l’ANC de bloquer les réformes « la responsabilité du blocage actuel des discussions sur les réformes incombe à l’ANC qui depuis le début a multiplié les obstacles procéduraux, les manœuvres dilatoires, la mauvaise foi, d’abord pour différer l’étude de la proposition de loi, ensuite pour bloquer la recherche de consensus », avait déclaré l’ancien président du groupe parlementaire UNIR Christophe Tchao. Et patatra, ce parti accuse de manière crue le Comité d’action pour le Renouveau (CAR)  de vouloir offrir gracieusement un mandat de plus à Faure Gnassingbé à travers les réformes à opérer à l’époque.

 A plusieurs reprises, le pouvoir dynastique a laissé des failles que l’ANC n’a jamais su profiter. La nomination de Jean Pierre comme Chef de fil de l’opposition était une aubaine pour tisser des relations et négocier une alternance pacifique. Mais dans ce rôle aussi, seuls les avantages financiers  intéressaient le leader de l’ANC.

Au lieu de combattre le pouvoir en place pour avoir l’alternance qui se trouve être le vœu le plus cher des Togolais, l’ANC préfère tourner sa lutte contre ses amis de l’opposition qu’elle critique matin et soir.

Isabelle Améganvi, une vice-présidente de l’ANC, lors d’une émission radio avait déclaré : « nous savons désormais que le CAR et OBUTS n’ont pas les mêmes objectifs que l’ANC. A partir d’aujourd’hui, je combattrai le CAR et OBUTS au même titre qu’UNIR ».  La  question qui reste posée est de savoir  ce qu’un combat contre le CAR et OBUTS (actuel MPDD) apporterait aux Togolais qui sont en proie au régime RPT-UNIR?

Juste après la dislocation de la C14 (coalition des 14 partis de l’opposition),  ce regroupement politique qui avait fait trembler le pouvoir en place, le parti orange ( ANC) a encore trouvé un autre adversaire qui n’est autre que le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi  Salifou Atchadam. Ce parti aux ambitions très claires est la nouvelle cible de l’ANC.

« Notre départ au sein de la C14  a fondement pour cause principale l’attitude du PNP pendant les 18 mois que nous avons passé ensemble… le PNP nous a causés du tort. Il faut le dire ainsi. Le PNP a causé du tort à l’Anc », avait déclaré  Isabelle Améganvi lors d’une émission sur la radio Nana FM, le 5 avril dernier.

L’Alliance nationale pour le changement qui avait refusé toute union avec la C14, pour affronter le parti présidentiel UNIR aux dernières élections municipales en affirmant qu’ « eux c’est eux et nous c’est nous », accuse aujourd’hui la C14 d’avoir voté UNIR dans le Golfe 5 au détriment de leur candidat. Et pourtant, Jean Pierre Fabre ne deviendra jamais maire du Golfe 4 sans l’aide de la C14. Une ingratitude politique notoire dont fait preuve les leaders de l’ANC.

Madame Adjamagbo Brigitte, coordinatrice de la C14,  dans un message vocal qui circule sur les réseaux sociaux, a mis à nu le rôle trouble de Jean Pierre Fabre qui est parti négocier des postes de maires chez le Premier Ministre Klassou  Sélom. « Quand Isabelle Améganvi dit ça, est ce qu’elle a dit que son chef est parti rencontrer Klassou la semaine dernière pour négocier des mairies ? Elle a dit ça aussi?»

Aujourd’hui, tous les Togolais sont unanimes  qu’aucun parti politique ne peut affronter  seul le candidat d’unir et le battre par les urnes. Au moment où les voix s’élèvent et appellent  à l’union de l’opposition, l’ANC dans son rôle de division de l’opposition qui profite au pouvoir, préfère faire cavalier seule sachant qu’il est impossible de renverser seul le pouvoir en place dans une élection.

« Quand le tour de l’ANC est venu, ils m’ont dit non, qu’ils n’accepteront jamais cette proposition  et que l’union-là ne peut se réaliser que sur le cadavre de l’ANC », avait rendu public Monseigneur Fanoko Kpodzro après sa rencontre  avec les responsables de l’ANC pour la proposition d’une candidature unique de l’opposition.

Jusque-là, nombreux sont les Togolais qui ne veulent pas ouvrir les yeux et connaître le vrai visage de ce parti. Mais comme le dit les saintes écritures, tôt ou tard, les Togolais «connaîtront la vérité et la vérité les affranchira».

Eyram  Akakpo