La Commission électorale nationale indépendante (CENI), a fait le point sur l’évolution du processus électoral en cours au Togo, ce 23 décembre 2019 à  son siège à Lomé. Au cours de cette conférence de presse, le président de ladite institution,  Tchambakou  Ayassor,  a donné les chiffres provisoires de la révision des listes électorales  dans le pays et du recensement électoral dans les Commissions électorales d’Ambassade indépendante (CEAI) dans la diaspora, qui ont eu lieu du 29 novembre au 2 décembre 2019.

Ils sont au total 212 538 Togolais à s’inscrire sur la liste électorale lors de la dernière révision au  plan national. Selon Tchambakou Ayassor, « l’enrôlement des électeurs et la collecte des données brutes qui s’en suit, ne sont qu’une étape du processus aboutissant à la constitution du nouveau fichier électoral;  ces données brutes sont donc compilées et traitées pour générer les listes électorales provisoires », a-t-il indiqué.

Il a par ailleurs invité tous les électeurs à se rendre dans leur centre de recensement et de vote afin de constater leur inscription effective sur les listes électorales provisoires et entamer la procédure de réclamation auprès des CELI de leur localité au cas où ils ne trouveraient pas leurs noms sur les listes provisoires affichées.

Si sur le plan national, le nombre des Togolais inscrits sur la liste électorale lors de la révision de 4 jours reste encore un peu élevé, c’est tout le contraire dans la diaspora. Dans les 6 Commissions électorales d’ambassade indépendante (CEAI),  ils ne sont que 348 personnes à s’être sur les listes électorales lors du recensement dans ces pays qui sont :  la France, les USA, le Nigéria, la RDC, le Maroc et le Gabon.

Le 2ème rapporteur de la CENI, Christophe Padunhèkou Tchao, explique cette faible participation de la diaspora au recensement par le manque des documents exigés dans les CEAI.

Il sied de préciser qu’à ce jour, aucun candidat ne s’est officiellement présenté étant donné que les candidatures s’ouvrent le 27 décembre 2019 et prennent fin le 8 janvier 2020. La campagne électorale quant à elle démarre le 6 février et s’achève le 20 février. Le 1er tour de l’élection est prévu pour le 22 février.

Il est à noter qu’une mission de l’OIF et de la CEDEAO sont présentes à la CENI pour  auditer le fichier électoral et le mettre à jour, selon les propos de Tchambakou Ayassor.

Eyram  Akakpo