Le guignol apôtre Sodji Gabriel qui avait précédemment annoncé sa candidature pour les élections présidentielles de février prochain a finalement renoncé à son ambition.  Selon les proches du très oint homme de Dieu, il préfère mettre la caution de 20 millions au service du développement. Ce plaisantin trouve aussi que la situation politique du pays est polluée.

Au Togo,  tout clown peut se  lever et annoncer sa candidature pour une élection présidentielle. C’est l’amer constat fait par les Togolais ces derniers mois. Le fondateur de l’Eglise Internationale les Favorisés de Dieu, Apôtre Sodji Gabriel qui précédemment avait annoncé sa candidature à gorge déployée, dit préférer  utiliser sa caution de 20 millions de FCFA  pour soutenir les couches démunies. « Comme je le faisais depuis plus d’une dizaine d’années, je mettrai ce fonds à la disposition des pauvres ». On se demande si l’apôtre ne savait pas qu’il y a des couches démunies au Togo avant d’annoncer sa candidature, ou la pauvreté est apparue au Togo juste après sa candidature? Sachant bien que la situation  politique est polluée au Togo, Mr Sodji pouvait s’abstenir de toute déclaration de candidature. Comme le dit un proverbe arabe : "si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi."

 Est-ce un délit  s’il est difficile pour un potentiel candidat de rassembler les 20 millions fixés par le gouvernement et les 2000 signatures exigées par la CENI pour les candidats indépendants? La vérité pour les hommes de Dieu de nos jours est devenue de la mer à boire. Pour d’autres, l’objectif n’était réellement pas de se présenter comme candidat au scrutin mais simplement faire une annonce et être à la une des journaux pour se faire connaître. Pour les échéances à venir, le gouvernement devrait être un peu plus rigoureux pour écarter les plaisantins.

Espérons que les œuvres humanitaires prévues par le fameux apôtre seront à la hauteur des 20 millions.

  Eyram  Akakpo