Si l’annonce de la candidature de Faure Gnassingbé a été accueillie avec ferveur par ses militants, ce n’est malheureusement pas le cas au Ghana, un pays voisin où les principes démocratiques connaissent un véritable ancrage et l’alternance est de mise.

En effet, cette quatrième candidature de Faure Gnassingbé  a fait l’objet d’une conférence de presse ce mercredi 8 janvier à Accra. Le Mouvement Togo-Ghana  Solidarity basé au Ghana, a  dénoncé ce coup de force dont est victime le peuple togolais″.

Selon le président de ce mouvement, Bernard Mornah, « il est inconcevable que Faure Gnassingbé se présente encore pour un 4ème mandat  au moment où les voix s’élèvent contre un 3e mandat en Afrique de l’Ouest », a-t-il indiqué.

Bernard Mornah, président du mouvement Togo-Ghana Solidarity est également le leader du parti politique  ghanéen PNC.

Si d’aucuns peuvent dire que le Togo est un pays souverain et que ses dirigeants n’ont pas de leçons à recevoir  des autres pays, il est aussi vrai que le Togo fait partie des pays initiateurs de la création de la CEDEAO en 1975. Ce comportement malsain de Faure Gnassingbé et sa minorité pilleuse  des richesses du Togo risque de faire voler en éclat l’institution sous régionale dont les progrès sont enviés par les autres regroupements régionaux du continent.    

Notons que cette conférence de presse tenue à Accra, a reçu le soutien de plusieurs Togolais vivant au Ghana.

Eyram  AKAKPO