On aura tout vu dans ce petit  rectangle dénommé Togo. Ce lundi 03 Février 2020, alors que les élèves devraient être dans les classes pour suivre bonnement leurs cours, c’est une sommation du tout puissant premier Ministre Selom Klassou qui est allée aux élèves des collèges et lycées de la préfecture de Haho à travers les chefs d’établissement. Au menu de cette sommation, une rencontre avec ces élèves pour un soi-disant don des tables-blancs. Une sorte de précampagne déguisée étant donné que la campagne électorale pour le scrutin présidentiel s’ouvre dans 72h.

« 822 tables-blancs, une photocopieuse et  un scanner», c’est le contenu du geste de magnanimité dont a fait preuve le premier ministre togolais Sélom  KLASSOU aux élèves de sa préfecture natale ce lundi 03 février 2020, à quelques heures de l’ouverture officielle de la campagne pour le scrutin présidentiel. Beaucoup de gens nous diront pourquoi ce  geste suscite notre attention. Il le fallait.  En effet, les élèves ont repris le chemin des classes au Togo depuis le 16 septembre 2019. Plus de quatre mois, notre donateur n’a pas jugé bon de faire ce geste alors qu’il jouit bonnement des délices de ce poste il y a plus de quatre ans.  Il capitalise quatre années scolaires à son actif sans jamais faire de pareil geste.  L’on nous dira tard vaut que jamais. Et nous le concédons. Mais que cherche une photo  géante de  Faure Gnassingbé dans une cérémonie de remise de tables-blancs aux élèves. La question mérite d’être posée dans la mesure où dans la plupart des dons de ce genre, les membres du gouvernement chantent l’éternel refrain selon lequel « c’est un geste personnel du Chef  de l’Etat ». Exceptionnellement,  ce matin, Selom Klassou n’a pas attribué ce don à la générosité du Chef de l’Etat mais plutôt à la sienne, propre.  Et c’est ce qui nous conforte dans notre interrogation sur la présence de la photo de Faure Gnassingbé, des militants habillés en T-shirts du parti au pouvoir  et des groupes folkloriques lors de cette remise de dons aux  élèves mineurs de 13 ou de 15 ans que nos envoyés spéciaux ont pu interrogés sur place.  

Et répondant aux questions de nos reporters, certains élèves disent que leurs enseignants leur ont dit qu’il y aura une vérification de leur  présence effective à la place de l’indépendance de ce que l’on peut appeler «ville de Notsè», l’endroit où a lieu la remise des «appâts».

Prenant la parole devant les siens, Selom Klassou s’est mis à raconter des histoires sans fin concernant sa vie, pour dire qu’il prodigue des conseils à ses fils ou petits-fils qui d’ailleurs, lui prêtaient des oreilles très évasives.

« Ce qu’un parent n’a pu faire, ses enfants peuvent le réaliser. Et pour le réaliser, c’est à travers l’éducation». C’est avec ce dicton que le premier des ministres togolais avait démarré «son voyage » devant son auditoire qui était lassé d’un discours sans fin.  Aussi, a--il déclaré que les bancs seront distribués équitablement entre les dix cantons de la préfecture et que la photocopieuse et le scanner sont destinés au Lycée Ville 1.

A la fin, il a convié les députés et les élus locaux de son parti à une réunion, en précisant que " la campagne pour l'élection présidentielle s'ouvrira dans quelques  heures", ce qui trahit son plan caché.

Soulignons que le déplacement du Premier ministre a mis les administrations au ralenti parce que le Préfet, les directeurs préfectoraux ou régionaux de l’enseignement primaire et secondaire, les maires et leurs adjoints, les responsables  du tribunal ou encore  des inspecteurs de l’éducation ont été tous présents. Les citoyens qui avaient besoin des services publics tels que la légalisation de leurs documents et autres, ont amèrement souffert toute la matinée de ce lundi, ont remarqué nos reporters.

.