Le Togo enregistre dans son histoire politique son neuvième premier ministre.  Il s’agit de Mme Victoire Sidémého Tomégah-Dogbé qui cumulait déjà des fonctions ministérielles et de directrice de cabinet de la présidence. Reconnue comme un cadre du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) cette dame, par son travail, est devenue très vite, une femme de confiance de Faure Gnassingbé. Confronté à la triste réalité du pays, son-ex patron Houngbo a détalé en démissionnant afin d’éviter de salir son image dans la politique confuse togolaise. Ce dernier a regagné son ancienne institution.

Mais Sidémého Tomégah-Dogbé a continué à cheminer avec Faure Gnassingbé pour redresser la situation chaotique dans laquelle le régime monarchique des Gnassingbé a mis le pays. Certains pensent qu’avec elle, le pays sera gouverné autrement. Cependant, il ne faut pas se méprendre de l’esprit de l’actuelle constitution qui ne permet pas à un premier ministre d’avoir le pouvoir de décision. Il doit recevoir l’ordre du président avant toute action. Il est tout simplement un planton du Président, qui doit exécuter la politique selon le bon vouloir du Président.

En tout état de cause, d’autres pensent qu’il faut donner un bénéfice de doute à Victoire DOGBE. L’avenir nous en dira.