Dans une lettre adressée au ministre de l’administration territoriale et datée du 02 Février 2021, le Comité d’action pour le renouveau (CAR) vient de mettre un terme provisoirement à sa participation au dialogue initié dans le cadre  de la Concertation nationale entre acteurs politiques (CNAP).

Le parti dit avoir évoqué des sujets préoccupants lors des première et deuxième  rencontres préparatoires du dialogue, tenues respectivement le 14 décembre 2020 et le 19 janvier 2021, lesquels ont été balayés du  revers de main.

Il s’agit, selon le courrier, du règlement politique de la crise postélectorale  du 22 février 2020, à travers un dialogue ‘inclusif’, ‘franc’ et ‘sincère’.

 « Dès le lendemain de la présidentielle du 22 février 2020, le CAR n’a cessé d’interpeler le pouvoir sur la grave crise électorale née du scrutin en insistant sur le fait que la justice ne doit servir d’arme pour bâillonner les adversaires politiques », lit-on dans ce courrier.

Il sied de rappeler qu’’en janvier dernier, lors de la 2e réunion au cours de laquelle  la CNAP a vu le jour,  le Secrétaire Général du CAR, Jean KISSI, avait déjà évoqué les  crises électorales successives non soldées.

« Il faut régler une fois pour de bon les problèmes politiques togolais, normaliser la situation politique avec un rebond sur la situation économique », avait martelé l’homme de Vogan. .